OM : Payet et ses crédits, Dugarry est écoeuré

OM : Payet et ses crédits, Dugarry est écoeuré

Photo Icon Sport

Payet a confié dimanche que s'il refusait de baisser son salaire à l'OM c'était en raison de ses impératifs budgétaires, alors qu'il gagne 500.000 par mois. Dugarry craque.

Répondant au Journal de la Réunion sur le sujet des la baisse des salaires à l’Olympique de Marseille, et plus précisément sur l’effort demandé par Jacques-Henri Eyraud aux plus gros salaires sur la suite des contrats, Dimitri Payet avait été cash. « Le joueur que je suis est aussi père de famille. Comme toute personne, j'ai des crédits importants à honorer, des engagements à tenir. Mon rôle est de défendre mes intérêts et ceux de ma famille », avait confié l’international tricolore de l’OM. Une déclaration qui a évidemment fait le buzz, Dimitri Payet gagnant 500.000 euros par mois, ce qui permet tout de même de voir venir sur le plan financier. Réagissant aux propos de Dimitri Payet, Christophe Dugarry a admis que même si le joueur de l’Olympique de Marseille avait ses impératifs économiques, il était quand même assez fort de faire pleurnicher sur son sort à ce niveau de rémunération.

« Sur le fond, sincèrement, chacun voit midi à sa porte. Que Dimitri Payet n'ait pas envie de baisser son salaire et que peut-être il ait le sentiment que son club cherche à gommer les conneries faites par le passé, je peux le comprendre. C'est son choix. Mais comment tu peux expliquer ton refus de baisser ton salaire, qui est acceptable, en expliquant que tu as des crédits à rembourser? Tu ne peux pas dire ça. On se demande sur quelle planète ils vivent les mecs et comment tu peux être aussi détaché du monde dans lequel tu vis. Tu te rends compte de ce que les gens qui viennent te voir jouer au stade vont penser de toi, ce qu'ils vont dire de ton caractère et de ta mentalité? C'est tout simplement ahurissant de pouvoir avoir un tel raisonnement et de le dire. A la rigueur, tu le penses, reste avec ta connerie dans ton salon. Mais ne sors pas un truc comme ça. C'est ahurissant de se regarder autant le nombril et d'en avoir autant rien à faire du monde qui t'entoure et des difficultés du quotidien », a expliqué, sur RMC, Christophe Dugarry.