OM : Marseille en vente ? Eyraud bluffe, il ne sait rien

OM : Marseille en vente ? Eyraud bluffe, il ne sait rien

Photo Icon Sport

Le président de l'Olympique de Marseille affirme que le club n'est pas à vendre. Mais Jacques-Henri Eyraud est-il réellement informé par Frank McCourt ?

En préambule à l’annonce de la prolongation de Dimitri Payet, samedi à la Commanderie, Jacques-Henri Eyraud a fermement démenti que l’OM soit en vente, le président marseillais balayant ainsi rapidement la question qui agite le club phocéen. Mais certains sont persuadés que JHE n’a pas réellement son mot à dire sur ce sujet, Frank McCourt étant le seul à décider dans ce dossier qui le regarde, puisque le milliardaire américain a investi plusieurs centaines de millions d’euros, ce qui n’est pas le cas de Jacques-Henri Eyraud. Ce dimanche, évoquant le dossier de la vente possible de l’Olympique de Marseille à un repreneur franco-tunisien, dont le dossier est défendu par Mourad Boudjellal, La Provence tape dur sur l’actuel président de l’OM.

Car pour le média régional, Jacques-Henri Eyraud ne sait pas réellement ce que Frank McCourt veut faire de l’OM à courte échéance. « JHE n’est, de toute façon, pas décisionnaire sur le dossier d’une éventuelle vente et se retrouve aujourd’hui dans la même position que Vincent Labrune quelques mois avant la cession à Frank McCourt. C’est bien évidemment l’Américain, muet sur le sujet, à l’inverse de son vassal, qui aura le dernier mot (…) Depuis plusieurs mois déjà, le Bostonien est préoccupé par les énormes pertes financières de son club, qu’il ne comprend pas et impute essentiellement à la stratégie sur le marché des transferts menée par l’ex-directeur sportif Andoni Zubizarreta (…) Une offre colossale de l’ordre de 300ME pourrait-elle le faire fléchir, alors qu’il en a déjà claqué 350 depuis qu’il a posé le pied dans la cité phocéenne et que le fond du gouffre n’a sans doute pas encore été atteint ? », s’interroge La Provence, qui semble estimer que Frank McCourt lâchera l’Olympique de Marseille compte tenu des pertes déjà enregistrées.