OM : Lihadji futur Parisien ? AVB n’en veut pas dans son équipe

OM : Lihadji futur Parisien ? AVB n’en veut pas dans son équipe

Photo Icon Sport

Considéré comme l’un des talents les plus prometteurs à l’Olympique de Marseille, Isaac Lihadji n’entre pas dans les plans du coach André Villas-Boas. En cause, sa situation contractuelle.

On jouait la 88e minute au Stadium dimanche, lorsque l’Olympique de Marseille, qui menait tranquillement à Toulouse (0-2) à 11 contre 10, opérait son dernier changement. Pour remplacer l’attaquant Dario Benedetto, l’entraîneur André Villas-Boas choisissait le jeune Marley Aké (18 ans), au détriment d’Isaac Lihadji (17 ans) de nouveau laissé sur le banc. Mine de rien, il s’agit d’un choix fort du technicien, qui refuse d’aligner l’international U17 français dont le contrat aspirant expire en juin prochain, et qui hésite à signer son premier bail professionnel au club phocéen.

« Il y a toujours des contacts avec son agent, mais la réponse n'est pas toujours immédiate. Mais c'est vrai que j'attends sa prolongation pour lui donner plus de temps de jeu, a reconnu le coach de l’OM en conférence de presse. L'autre jour à Toulouse, on a Isaac dans cette situation contractuelle, mais on a Marley (Aké) dans un très bon moment et j'ai choisi Marley pour entrer dans les dernières minutes. Ils ont tous les deux un potentiel énorme mais je défends les intérêts du club. On attend Isaac et son agent. »

« Quel intérêt pour l’OM ? »

« Peut-être qu'il a des intérêts d'autres clubs et que ça joue, a poursuivi le Portugais. Il peut finir par jouer pour Monaco ou le Paris Saint-Germain la saison prochaine... C'est vrai que tu peux profiter de ce moment pour faire jouer un bon joueur, qui a un grand avenir devant lui. Mais quel est l'intérêt pour l'OM ? Pour ton club formateur ? Il y a des entraîneurs qui ne font pas ce type de différences. Mais ici je défends les intérêts du club, peut-être contre moi-même. Entre Marley qui est ici depuis plusieurs années, et pour qui on a un avenir dans l'équipe, et faire entrer un joueur qui hésite... » Villas-Boas, lui, n’a pas la moindre hésitation.