OM : Etre sifflé par le Vélodrome, Tudor adore ça

OM : Etre sifflé par le Vélodrome, Tudor adore ça

Alors que son Olympique de Marseille va retrouver le public du Stade Vélodrome face à Nantes samedi, Igor Tudor n’est pas du tout inquiet par rapport à l'accueil que vont lui réserver les supporters.

Igor Tudor connaît un départ difficile à Marseille. Celui qui a la lourde tâche de succéder à Jorge Sampaoli, parti juste avant la reprise après avoir remis l’OM en Ligue des Champions via un podium en L1, vit des débuts mitigés. Si son équipe a plutôt bien débuté son exercice 2022-2023 avec une victoire contre Reims (4-1) et un nul moins flamboyant face à Brest dimanche dernier (1-1), l'entraîneur croate ne fait pas encore l'unanimité du côté de Marseille. Il faut dire qu’il part de loin, sachant que pour sa grande première au Vélodrome, avant le match contre Reims, l’ancien technicien du Hellas Vérone avait été copieusement sifflé à l’annonce des équipes. Un évènement qui a pu étonner certains suiveurs de la L1, même si les Marseillais n’étaient pas contents de la préparation estivale et du traitement réservé à Payet. Malgré tout cela, Tudor ne craint pas de subir le même affront avant le match face à Nantes ce week-end.

« Je veux bien être de nouveau sifflé si on gagne derrière »

« Les supporters ont toujours raison. On joue pour eux. Les sifflets nous ont porté chance contre Reims, donc je veux bien être de nouveau sifflé si on gagne derrière. L'important, c'est que les joueurs ne soient pas sifflés. C'était une préparation estivale courte, plutôt normale de mon point de vue. On a travaillé, pas plus ou pas moins que d’autres équipes. Je ne pense pas que c'était si épuisant que ça, mais c'était une préparation courte où on n'a pas fait autant de travail que j'aurais voulu. Beaucoup de joueurs sont arrivés au compte-goutte, pour certains ça a été juste une demi-préparation. On a des choses à travailler, mais je suis content de l'effectif que j'ai », a lancé, en conférence de presse, Tudor, qui doit encore prouver des choses aux supporters. Un désamour qu’il cherchera à atténuer face au FCN samedi soir dans un Vélodrome plein à craquer.