OM : Dugarry demande à Rami d'arrêter le carnage à Marseille

OM : Dugarry demande à Rami d'arrêter le carnage à Marseille

Photo Icon Sport

À l’Olympique de Marseille, Adil Rami est probablement le champion du monde français qui vit la pire saison post-Mondial 2018.

Passé du toit du monde au fond du trou en l’espace de quelques semaines, Adil Rami ne gardera pas un bon souvenir de sa deuxième saison dans le club phocéen. Remplaçant, derrière la jeune charnière centrale Kamara - Caleta-Car, le joueur de 33 ans a jonglé entre l’infirmerie et le banc de touche. Également touché dans sa vie privée, sachant par exemple que sa compagne Pamela Anderson s’est faite remarquer cette semaine lors du dîner de la fondation OM, le défenseur semble au bout de son histoire à l’OM. Christophe Dugarry ne dira pas le contraire.

« Rami est un garçon très attachant. Il est honnête, respectueux, et il a toujours une très bonne attitude. Il est champion du monde, il a fait une remarquable carrière à Valence, Séville, Marseille… Après, il est temps qu’il se pose les bonnes questions. Je comprends qu’il ait eu une décompression après la Coupe du Monde. J’ai également eu ce sentiment-là après 1998, tu te demandes ce qui peut te permettre d’avancer car tu as déjà touché le graal. Ce n’est pas facile. Il faut avoir l’envie, mais là il est dans un club qui ne laisse pas de place à l’à peu près. Tu es à l’OM, tu as signé pour un projet qui a du plomb dans l’aile, tu as fait une belle saison l’an passé, mais cette saison est compliquée. Tu ne peux pas te permettre d’être moyen ou à 50 % dans ta tête, ni dans ton coeur, ni dans tes jambes. Ce n’est pas possible pour un défenseur central. S’il reste, il devra être à 1 000 %, focus sur l’OM. Ce serait dommage pour lui que cela finisse en eau de boudin. À sa place, si je ne me sens plus au maximum tous les jours, je pars aux Etats-Unis, au Qatar, en Chine, je ne sais pas où. Mais je pars où il n’y a plus de pression », lâche, sur RMC, le consultant, qui pense donc que Rami doit quitter Marseille tant qu’il est encore temps, malgré ses deux dernières années de contrat.