Mulenga : «Ne pas paniquer»

A la veille de la réception de Nîmes à Gaston-Petit, la Berrichonne de Châteauroux pointe à l’antépénultième place de Ligue 2. Dans les colonnes de la Nouvelle République, l’attaquant Jacob Mulenga appelle à la remobilisation. « Ce n'est pas le pire scénario car nous avons encore beaucoup de matchs à jouer et de nombreux points à prendre. Si nous voulons nous en sortir, il ne faut pas penser à ça et, surtout, ne pas paniquer. Vu notre effectif, la moyenne d'âge est très jeune et ce n'est pas un hasard que nous soyons obligés de travailler plus pour traverser tout ce qui nous arrive, explique l’international zambien, qui se méfie de l’adversaire de vendredi.  Les Nîmois  sont peut-être derniers mais ça ne veut rien dire. Ils viennent de faire un nul contre Metz qui avait battu précédemment Lyon en Coupe de la Ligue. Ça va donc être compliqué car ce n'est pas fini pour eux. Mais il est vrai que nous n'avons pas le choix et que nous devons gagner nos deux matchs avant la trêve afin d'atteindre les vingt points. Pour cela, il faut s'appliquer et ça commence par une grosse implication à l'entraînement. »