Euro 2016 : Le responsable de la lutte anti-hooligan refuse de parler d'échec

Euro 2016 : Le responsable de la lutte anti-hooligan refuse de parler d'échec

Photo Icon Sport

Responsable de la Division Nationale de Lutte contre le Hooliganisme, Antoine Boutonnet s’est exprimé après cette journée de samedi, marquée par d’incroyables scènes de violence à Marseille à l’occasion de l’Euro 2016. Mais, de manière assez étonnante, Antoine Boutonnet juge que finalement tout cela a été relativement bien géré par les autorités françaises et que l’on ne peut pas réellement critiquer l’organisation mise en place.

« Si ces incidents constituent un échec ? Pas du tout, si nous n'avions pas pris de mesures proactives, notamment contre des personnes interdites de stade, on aurait eu une situation extrêmement compliquée. Il n'y a pas de constat d'échec dans la mesure où l'intervention rapide et efficace des forces de l'ordre a permis de circonscrire les incidents dans le temps et dans l'espace. On a eu affaire à des phénomènes de violences initiés par des mouvements de foule d'une population extrêmement dense au niveau du Vieux-Port avec suralcoolsation de cette population. La suralcoolisation des supporters qui étaient présents est plus que préoccupante, on a constaté au fur et à mesure de la journée qu'il y avait un foyer de tensions notamment via l'alcool entre supporters, ce qui a donné lieu à des frictions, y compris entre supporters anglais. Il y a un problème de suralcoolisation qui entraîne in fine un phénomène de violences entre supporters et contre les forces de l'ordre, qui apparaissent comme un exutoire à la violence. On a fait en sorte qu'il n'y ait pas de croisement entre supporters russes et anglais (mais) il y en a eu un qui a entraîné une réaction immédiate des forces de l'ordre. C'était un mouvement important de 300 Russes venus vers les supporters anglais, il y a eu un début de rixe entre les deux immédiatement stoppé par les forces de l'ordre », a expliqué Antoine Boutonnet à l’Agence France Presse. Reste que malgré tout, après avoir serré la vis aux supporters français en Ligue 1, y compris de manière parfois excessive, ce début d’Euro 2016 est un gros fiasco sur ce plan.