Payet : «Le départ de Feindouno peut m’aider»

Payet : «Le départ de Feindouno peut m’aider»

Photo Jacques Beyrand

A l’approche des retrouvailles avec Nantes, Dimitri Payet revient sur son début de saison avec les Verts, avec qui il estime avoir franchi un cap.

Parti de Nantes comme l’un des grands espoirs du football français, Dimitri Payet a connu une première année stéphanoise décevante. Rarement titulaire, très peu efficace, le Réunionnais a beaucoup travaillé pour hausser son niveau de jeu. « Défensivement, surtout, j'ai fait d'énormes progrès : avant, je ne m'en préoccupais pas ; là, j'ai appris à faire les efforts... Et puis, dans les choix, dans la vitesse d'exécution, il y a du mieux aussi. Au niveau de l’efficacité, avec le coach, on en avait parlé et c'est le point sur lequel je voulais insister. J'ai travaillé, mis plus d'exigence dans les séances devant le but... Progressivement, ça vient », assure dans Ouest-France celui qui vient de marquer deux buts en Coupe UEFA et face à Bordeaux ces dernières semaines.


Une progression peut-être rendue possible par le départ de Pascal Feindouno, qui monopolisait le ballon et dictait le jeu au milieu de terrain stéphanois. « L'absence d'un joueur pareil doit me pousser à prendre d'autres responsabilités, à avoir plus de volume de jeu... Oui, ça peut m'aider à me libérer », a confirmé l’ancien nantais, impatient de montrer ses progrès au public de la Beaujoire. « Il faut être pro. Même si Nantes est en difficulté aujourd'hui, moi, je défends les couleurs de Saint-Etienne désormais. Nous, on a des objectifs à relever et je pense qu'une première victoire à l'extérieur pourrait créer un bon déclic... », estime Dimitri Payet, qui, relégation oblige, n’avait pas encore croisé le fer avec Nantes depuis son départ.


Guillaume Comte