PSG : Paris a un mental en carton, ça tremble au Qatar

PSG : Paris a un mental en carton, ça tremble au Qatar

Photo Icon Sport

A quelques jours d'un match décisif en Ligue des champions, le Paris Saint-Germain semble encore cafouiller. Et c'est un scénario bien connu avec le PSG sauce Thomas Tuchel.

Et si pour la première fois de l’ère qatarie, le Paris Saint-Germain se faisait sortir de la Ligue des champions dès ce mois de novembre ? Finaliste du Final 8, le PSG est en danger en C1 et pour revenir en course pour la suite de cette compétition, le club de la capitale doit impérativement battre Leipzig mardi soir au Parc des Princes. Mais c’est peu dire que la défaite de vendredi à Monaco n’a pas rassuré les supporters parisiens. Alors que Kylian Mbappé et ses coéquipiers semblaient avoir faire le plus dur contre l'ASM, tout s’est écroulé en seconde période, le PSG semblant incapable de réagir et de rectifier le tir. Après cette défaite, Thomas Tuchel a confié qu’il était « plus étonné qu’en colère ». Une petite phrase que Florent Duchesne, préparateur mental spécialisé dans le sport, a du mal à comprendre. 

Dans Le Parisien, ce spécialiste est sidéré des propos de l’entraînement allemand du Paris Saint-Germain. « La réaction de Tuchel après la défaite à Monaco, c’est étonnant. Je m’attendais davantage à ce qu’il dise : je suis en colère parce que les joueurs n’ont pas respecté les consignes, je vais les recadrer. Cela aurait été une attitude plus responsable. S’il est surpris, ça veut dire, selon moi, qu’il n’a pas les solutions. C’est plus un aveu d’impuissance. Mais s’il ne sait pas pourquoi il se passe ça, à quatre jours de jouer contre Leipzig, il a intérêt à vite trouver les clés pour ouvrir la serrure. Parce que l’escape game se termine bientôt ! », prévient le préparateur mental, qui se demande à quoi joue Thomas Tuchel et surtout si ce dernier a les moyens de changer cette sale habitude du PSG. Du côté de Doha, on aura évidemment un oeil très attentif sur PSG-Leipzig, et un faux pas pourrait être fatal à Tuchel, quoi qu'en dise Leonardo.