Vente OM : Le secret éclate au grand jour à Marseille

Vente OM : Le secret éclate au grand jour à Marseille

Icon Sport

La rumeur selon laquelle Frank McCourt voudrait vendre l'OM ne faiblit pas. Au contraire, Romain Molina est convaincu de la fiabilité de cette information et en a remis une couche. Pour lui, c'est un secret de polichinelle que l'OM est en vente.

La situation sportive est redevenue idyllique. L'OM fait de nouveau vibrer avec une deuxième place en Ligue 1, une demi-finale européenne en C4 et une ligue des champions à disputer en septembre prochain. Pourtant, les rumeurs d'une mise en vente du club par son propriétaire Frank McCourt ne faiblissent pas. Parmi ceux qui entretiennent ce scénario, on retrouve Romain Molina bien connu des internautes pour la fiabilité de ses informations et de ses sources. Alors qu'aucun élément n'a filtré sur une vente du club phocéen, Romain Molina est convaincu de l'imminence de cette situation. Il a remis une pièce dans la machine ces derniers jours avec une nouvelle vidéo sur le sujet.

Selon Molina, McCourt n'agit même plus en secret

Ses déclarations ont provoqué la colère du clan McCourt qui n'a pas tardé à réagir dans le journal La Provence en niant l'existence d'un processus de vente. Mais, Romain Molina persiste et signe dans Le Phocéen. Ce vendredi, il était l'invité du média marseillais pour revenir sur sa passe d'armes par médias interposés avec le propriétaire américain de l'OM. Il s'est dit étonné du discours de l'homme d'affaires puisque, selon lui, il ne ferait même pas preuve de discrétion dans le processus de vente.

« Pourquoi j’ai parlé de l’OM ? Ces derniers jours, j’ai pas mal d’agents, de mecs importants dans le milieu du foot, me demandant : « Romain t’es au courant ? » Et là je me suis rendu compte que ça commençait à se savoir dans le milieu que McCourt voulait vraiment, vraiment, vraiment, se barrer. Mais genre vraiment vraiment. Donc c’est à partir de là que je me suis dit que tout le monde était au courant. Aujourd’hui ça a vraiment fuité, même au club, dans un secteur du club, que si quelqu’un met l’argent, merci à tous et bonne nuit. Les noms, je les ai. Je ne les ai pas tous, mais pourquoi je ne les balance pas ? Par exemple, il y a trois ans à Saint-Étienne, les repreneurs américains avaient mis une clause pour partir si leur nom sortait. Donc, je ne vais pas balancer les noms, je me sentirais un peu mal. J’informe juste un truc car c’est le discours officiel qui m’emmerdait », a t-il expliqué. Les prochaines semaines seront intéressantes pour savoir si le journaliste a raison ou s'il s'est lui aussi fait prendre au piège par ce vieux serpent de mer.