Bastia met le feu aux instances après sa défaite face à l’OL

Bastia met le feu aux instances après sa défaite face à l’OL

Photo Icon Sport

Le SC Bastia ne s’est pas calmé, 48 heures après son revers au Parc Olympique Lyonnais dans des conditions très difficiles. Un pénalty, deux cartons rouges, les Corses n’ont pas du tout apprécié l’arbitrage de M. Schneider et ne se sont pas priés pour le faire savoir dans un très long communiqué de presse, demandant notamment des comptes aux instances, et même à l’arbitre dont le rapport complémentaire a fortement déplu. Si le Sporting accepte les erreurs de l’arbitre, il n’a pas du tout compris les remarques du directeur de jeu, et demande à haute voix quelles sont ses possibilités pour contester officiellement le carton rouge délivré à Leca, alors que l’arbitre n’a pas reconnu sa faute dans les médias ou dans son rapport complémentaire.

« A la 47ème minute du match Lyon-Bastia disputé ce samedi, Jean-Louis Leca a été expulsé pour une faute totalement inexistante sur le joueur Nabil Fekir. Or, comme ont pu le constater à l’aide des différents ralentis des centaines de milliers de téléspectateurs et de nombreux observateurs impartiaux, notre gardien n’a en rien fauché l’attaquant international. C’est au contraire ce dernier qui, après avoir délibérément marché sur le pied de notre gardien, simule grossièrement un plongeon qui a hélas abusé M.Schneider et ses assistants. Ce n’est donc pas sur la façon dont le match a été arbitré que nous entendons nous élever aujourd’hui, mais plus spécifiquement sur le rapport complémentaire de M. Schneider, que la LFP nous a fait parvenir dans la journée », explique ainsi le SC Bastia, qui entend bien contester ce carton rouge avec tous les moyens possibles, et se demande quels sont-ils réellement.

« Nos questions sont donc les suivantes :

* Comment M. Schneider peut-il toujours pondre, a posteriori et avec tous les éléments techniques disponibles en sa possession, un rapport totalement à rebours de celui de l’ensemble des observateurs ? Pour quelle raison y inclure que « le joueur a quitté le terrain lentement »? Comment interpréter cette attitude si ce n’est de s’être payé Jean-Louis Leca et Bastia ?

* L’admission par certains arbitres qu’ils ont pu se tromper ou qu’ils ont pu être grugés est elle limitée aux cas Imbula et Balotelli ? Ou bien en dehors de ces cas, et à l’instar de l’infaillibilité pontificale, peut-on parler aujourd’hui d’une infaillibilité arbitrale de fait ?

* Vis-à-vis de qui, en dehors de leur hiérarchie, les arbitres seront-ils concrètement comptables de ces erreurs qui ont des répercussions énormes pour l’avenir sportif et économique de nos clubs ?

* Enfin, nous attendons cette semaine une réponse claire à des questions claires : la commission de discipline de la LFP qui est traditionnellement saisie le jeudi suivant les rencontres de l’examen des cartons rouges, a-t-elle oui ou non et concrètement la possibilité de revenir sur un rapport complémentaire d’arbitre ? L’issue de l’audience en ce cas est-elle donc connue d’avance, ou les clubs ont-ils réellement, sur la base d’images nettes, la possibilité de faire annuler une erreur et une injustice manifestes ? », interpelle ainsi le club insulaire, qui semble particulièrement motivé à avoir le fin dans cette histoire, et met une grosse pression sur la LFP.

Share