Les Dieux étaient Grecs

Les Dieux étaient Grecs

Photo Icon Sport

Dans un match qui aurait pu basculer dans les deux sens, la Grèce a fait la différence devant la Cote d'Ivoire dans les arrêts de jeu sur un pénalty de Samaras (2-1). Les Hellènes prennent la deuxième place et défieront le Costa Rica pour un improbable 1/8e de finale.

La Grèce comme la Cote d’Ivoire partageaient avant le match de ce mardi soir à Fortaleza le point commun peu glorieux de ne jamais avoir passé le premier tour d’une Coupe du monde. En position de force avant cette rencontre, puisqu’un nul leur suffisait, les Ivoiriens allaient toutefois pêcher dans bien des domaines pour se compliquer énormément la tache. Trop. Devant, l’efficacité n’était pas au rendez-vous malgré la présence de Drogba, Kalou et Gervinho. Derrière, la fébrilité était palpable et relançait complètement une équipe grecque partie pour subir. Une première erreur permettait à Holebas de trouver la barre sur un tir puissant des 20 mètres (32e). La seconde était fatale puisque Tioté lançait véritablement Samaris vers le but, et ce dernier, après un relai avec Samaras, trompait Barry d’un tir plein cadre (0-1, 42e). 

Malgré la blessure de deux joueurs en première période (Koné et le gardien Karnezis), les Hellènes faisaient mieux que résister après le repos puisque Lazaros semait la zizanie à plusieurs reprises, tandis que Karagounis envoyait un missile des 30 mètres sur la barre (70e). Les Eléphants sortaient toutes leurs armes offensives, et Bony, entré à la place du malheureux Tioté, se montrait efficace au plus fort de la pression des Verts. Sur une remise de Gervinho dans la surface, l’attaquant de Swansea trouvait la faille d’un tir appuyé à ras de terre, pour remettre la Cote d’Ivoire dans le bon sens (1-1, 74e). La fin de match voyait les Grecs presser à leur tour, avec encore un poteau pour sauver Barry sur un centre tir (82e), et un centre qui passait miraculeusement devant la ligne sans que personne ne pousse le ballon au fond. La dernière situation dangereuse était fatale, puisque Samaras était touché à la jambe par Sio au moment de tenter sa chance. Le pénalty logique était transformé sans trembler par l’attaquant hellène, qui envoyait son équipe en 1/8e de finale (1-2, 92e). Un résultat qui permettait donc à Grèce de prendre la deuxième place derrière une Colombie imperturbable face au Japon malgré les changements, avec une victoire logique 4-1. Les sud-américains s’offriront donc un choc sud-américain face à l’Uruguay en 1/8e de finale.

Share