L'imbroglio Samatta va prendre fin pour le FC Nantes

L'imbroglio Samatta va prendre fin pour le FC Nantes

Photo DR

Depuis quelques jours, les dirigeants du FC Nantes se sont mis en tête de recruter le buteur tanzanien Mbwana Samatta. Une mission impossible, puisque son club l’a déjà vendu…

Mbwana Samatta, ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose ? Et pourtant... C'est l'une des valeurs montantes du football africain. Jeudi, il a d'ailleurs été élu par ses pairs comme le meilleur Africain jouant sur le continent. Une jolie reconnaissance pour le meilleur buteur de la dernière édition de la Ligue des Champions africaine. Son profil attise donc les convoitises eu Europe.

Le FC Nantes s'est bien mis dans la course depuis quelques jours, sortant de gros arguments financiers sans se rendre compte que ce recrutement était perdu d’avance. Et visiblement, le club du TP Mazembe a quand même tenté de jouer au plus malin, quitte à provoquer un énorme mic-mac. En effet, contre 750.000 euros, le RC Genk a obtenu depuis plusieurs semaines l’accord d’un transfert avec le club congolais, avant que le joueur ne signe dans la foulée un protocole d'accord avec la formation belge. L’affaire semblait donc entendue, mais le président du TP Mazembe a tout de même ouvert une fenêtre au FC Nantes, laissant les Canaris effectuer selon nos informations une proposition de 900.000 euros pour rafler la mise, tout en assurant que l'accord avec Genk n'était pas définitif.  

Mais entre temps, Waldemar Kita en tête, les dirigeants nantais se sont interrogés, puis renseignés, histoire d’éviter une nouvelle affaire Ismaël Bangoura. Et le résultat est que l’attaquant tanzanien va logiquement rejoindre Genk, où il compte bien faire ses débuts en Europe, malgré la volonté du TP Mazembe de faire annuler son transfert pour donner les faveurs aux Canaris, plus généreux financièrement. Mais sauf retournement de situation, les Nantais se sont bien réveillés trop tard pour le recrutement de Samatta, alors que son arrivée était encore espérée le week-end dernier. 

Share