L'Argentine ne tombe pas dans le piège belge

L'Argentine ne tombe pas dans le piège belge

Photo Icon Sport

Au terme d’un match de qualité de part et d’autre, l’Argentine s’est qualifiée pour les demi-finales du Mondial aux dépens de la Belgique (1-0). Mais comme le Brésil, l’Albiceleste devra composer avec un absent de marque…

Le duel entre Eden Hazard et Lionel Messi n’a pas vraiment eu lieu, mais nul doute que l’affiche entre l’Argentine et la Belgique a tenu toutes ses promesses. Tout d’abord grâce aux Diables Rouges qui, contrairement aux précédents adversaires de l’Argentine, ne fermaient pas du tout le jeu et tentaient même de se positionner assez haut sur le terrain. C’est d’ailleurs sur un contre que Lavezzi aurait pu bonifier la première situation argentine si son centre avait été plus précis (3e). Domination des Argentins confirmée quelques minutes plus tard sur une action lancée par Messi, poursuivie par Di Maria, dont la passe contrée profitait à Higuain. L’attaquant de Naples reprenait de volée dans le petit filet opposé pour ouvrir le score et inscrire son premier but du Mondial (1-0,8e). Logique, d’autant que la réaction belge était plutôt timide, si l’on prend en compte la première frappe de De Bruyne largement à côté puis la deuxième cadré mais sans danger pour Romero (13e et 26e). Le rythme de la partie allait ensuite baisser, notamment en raison de la blessure à la cuisse de Di Maria, qui a dû quitter ses partenaires. Une image qui rappelait celle de Neymar ce vendredi… Un coup franc de Messi au-dessus bien qu’idéalement placé aux 18 mètres (40e), et une tête de Mirallas juste à côté (42e) ne suffisaient pas pour redonner le rythme du début de partie.

Et ce n’était pas beaucoup plus rythmé à l’entame de la seconde période, jusqu’à ce que Gonzalo Higuain, auteur d’une excellente prestation, ne vienne affoler la défense belge. Une action à la Messi de la part de « Pipita » qui, après un grand pont sur Kompany, expédiait sa frappe sur la barre (55e). Le sélectionneur argentin Sabella en tombait presque ! Et il avait raison. Car les Belges ont pris pour habitude de marquer en fin de rencontre. La tête puissante mais au-dessus de Fellaini aurait pu le confirmer (60e), tout comme l’intervention de Garay, qui passait près du but contre son camp (65e). Hazard, fantomatique, cédait sa place alors que la Belgique continuait de pousser mais les tentatives de Lukaku et Witsel ne donnaient rien, pas plus que le duel de Messi face à Courtois (94e). Toujours avec un seul but d’écart, l’Albiceleste se qualifie pour les demies, en attendant de connaître son prochain adversaire.

Share