Aulas et Labrune, et si finalement ils étaient amis ?

Aulas et Labrune, et si finalement ils étaient amis ?

Photo Icon Sport

Jean-Michel Aulas est, chacun le sait, très bon lorsqu’il s’agit d’être de mauvaise foi. Le président de l’Olympique Lyonnais adore cela, et ce lundi, après avoir fait signer Jérémy Morel sous le nez de l’OM qui voulait le prolonger, le patron de l’OL a fait un grand numéro sur ses relations avec Vincent Labrune. Pour Jean-Michel Aulas, même si les deux hommes se sont chauffés il y a quelques semaines, tout cela n’était finalement qu’une brouille d’amoureux.

Jean-Michel et son ami Vincent

« Il n’y a pas d’opposition chronique avec Marseille. Pour moi, l’OM est un très grand club. J’ai fait mes débuts en étant proche d’un grand dirigeant, Bernard Tapie. J’ai suivi les grandes conquêtes de Marseille à l’époque. Et même s’il y a des taquineries, il y a beaucoup de respect. J’ai toujours eu des échanges respectueux et ambitieux avec Pape Diouf. Même si quelquefois avec Vincent on se taquine, c’est la vie de la compétition avec c’est vrai, des tentatives de l’OM d'embaucher Bafé Gomis en fin de contrat l'an dernier. Mais je n’en ai pas voulu à Vincent. On peut quelquefois envoyer des vannes, mais elles sont sympathiques », a expliqué Jean-Michel Aulas, avant quand même faire remarquer à Jérémy Morel, avec le sourire qu’en rejoignant l’OL après être passé par Lorient et l’Olympique de Marseille « il progressait dans sa carrière ». 

Share