Lacombe sait qu'il traine une casserole à l'OL

Lacombe sait qu'il traine une casserole à l'OL

Photo Icon Sport

Cela a été l’une des polémiques du début d’année 2013. Interrogé à la radio sur le faible rendement de Karim Benzema, l’un de ses protégés, Bernard Lacombe avait perdu les pédales devant une auditrice très critique. « Je ne discute pas avec les femmes de football. Qu’elles s’occupent de leurs casseroles », avait balancé le dirigeant de l’OL, club dont l’équipe féminine est l’une des meilleurs au monde. Forcément, ces propos misogynes lui étaient revenus en pleine figure, et malgré le temps passé, l’ancien avant-centre de l’équipe de France n’a pas vraiment digéré cet épisode, même s’il reconnaît avoir dépassé les bornes. 

« Vu les proportions prises, j’ai préféré tout couper. J’ai changé mes deux numéros de portable. À la base, j’étais monté à Paris pour les 80 ans de Michel Hidalgo. Là, Luis [Fernandez] m’a cassé les bonbons par rapport à Benzema. C’était la période où Karim ne marquait pas, il voulait que j’en parle à la radio. J’ai accepté. Le jour de l’émission, je suis dans ma chambre d’hôtel, il y a cette auditrice qui intervient, et je sors ça comme ça… Luis ne dit rien derrière. Je lui en veux de ne m’avoir jamais rappelé après coup. J’ai certainement fait une connerie, hein! Mais ce n’est pas ce qui va me faire changer. Je suis comme ça! Misogyne ? Mais non! J’aime bien les femmes. J’ai eu quatre sœurs, je sais ce que c’est. Il faut savoir que certaines joueuses de l’OL viennent me voir régulièrement. Après cet épisode, elles m’ont chambré, rien de plus… », a confié, dans le Journal du Dimanche, un Bernard Lacombe qui avait quand même du s’excuser platement peu après ses propos, et sait bien qu’il trainera cette… casserole derrière lui encore un petit bout de temps. 

Share