Décines fait payer l'OL pour son Grand Stade

Décines fait payer l'OL pour son Grand Stade

Photo Icon Sport

Entre l’OL et Décines, ville qui accueille son futur grand stade, cela avait très mal débuté. En raison de divergences politiques et financières, la ville hôte du Stade des Lumières avait été grandement mise à l’écart du projet ces dernières années. Mais tout récemment, un rapprochement inévitable s’est opéré, tant il n’était pas concevable que l’OL demeure en aussi mauvais terme avec la ville de son futur écrin. Des accords ont ainsi été trouvés, et l’Olympique Lyonnais a du mettre la main à la poche pour convaincre le Maire UMP de la ville de la métropole lyonnaise, et trouver des arrangements sur la gestion des alentours de l’enceinte. En effet, pour l’éclairage, la vidéo, la sécurité, le nettoyage, les dispositifs d’information et les espaces verts, un investissement de 8 ME était nécessaire, puis 1,2 ME annuel d’entretien. Une charge que l’OL va récupérer en partie, même si le montant n’a pas été dévoilé puisque tout n'a pas encore été budgétisé, après des discussions musclées selon l’aveu de Jean-Michel Aulas. 

« Il s’agit de remettre la ville de Décines au centre du projet. Cela paraît naturel quand on l’évoque. Ce serait dommage qu’à cause de posture politique nous ne réussissions pas.  Il n’y a pas eu de subventions publiques pour la construction de ce stade, il serait légitime que la loi soit aménagée pour les nouveaux stades de l’Euro 2016 qui sont d’intérêt général pour que les communes touchent une contrepartie. Nous aiderons Décines à monter ce dossier », a souligné le président de l’Olympique Lyonnais, qui n’en a toutefois pas fini avec Décines. Désormais, la ville souhaite percevoir des retombées économiques sur la somme allouée par l’UEFA aux sites organisateurs de l’Euro 2016, dont le grand stade de Lyon sera l’une des têtes d’affiche. « On a envie d’exister à côté de ce Grand Stade. Mais il ne me fait pas rêver, il m’en faut plus pour rêver. Il faut qu’on en ait les retombées, il faut que les Décinois puissent rentrer chez eux les soirs de match », a prévenu Laurence Fautra, maire d’une ville de Décines qui comporte seulement 25.000 habitants, et à qui le Grand Stade semble faire un peu peur. 

Share