La Belgique, c'est fantastique !

La Belgique, c'est fantastique !

Photo Icon Sport

Nettement dominateurs, les Belges ont attendu la prolongation pour faire la différence devant les Américains (2-1 ap). Si Howard a fait des miracles pendant 120 minutes, la fin de match fut épique, mais les Diables Rouges iront défier l’Argentine en quart de finale.

Que d’émotions, et de dramaturgie dans ces 1/8e de finale de la Coupe du monde, et le dernier de la liste n’a pas échappé à la règle. Dans cette rencontre entre outsiders, il y a eu deux matchs. Dans le temps réglementaire, la Belgique dominait globalement les débats, et allait progressivement enchainer les tirs et les occasions. Que ce soit Origi, Hazard ou De Bruyne, Tim Howard était en mode super-héros et le gardien US repoussait toutes les tentatives, même les plus dangereuses. Les Diables Rouges commençaient à se demander comment marquer, surtout que les Américains peinaient à revenir dans le match au fur et à mesure que le temps passait. Mais comme Howard multipliait les prouesses, tout était encore jouable surtout que Mirallas, entré en jeu, perdait à son tour son duel (76e). L’ancien gardien de MU s’interposait face à Hazard (80e), et les USA s’offraient même la balle de match, puisque Wondolowski, sur une remise dans la surface, se retrouvait seul face au but mais manquait le cadre (91e). 

En prolongation, la recette était cette fois immédiatement trouvée par la Belgique. Tout frais, Lukaku s’échappait sur l’aile droite pour servir De Bruyne, qui contournait son défenseur pour marquer d’un tir croisé (1-0, 92e). Le plus dur semblait fait pour les joueurs de Wilmots, qui se régalaient sur les contres. Sur l’un d’eux, De Bruyne rendait la pareille à Lukaku, qui trompait Howard d’une frappe précise au premier poteau (2-0, 105e). Mais c’était mal connaître la formation américaine pour croire le match fini. Dès la reprise, Green, d’une frappe vrillée sur une ouverture précise de Bradley, trompait Courtois (107e). Le dernier quart d’heure était fou, avec une énorme pression US, et des occasions à la pelle face à des Belges recroquevillés, et qui géraient mal les contres. Plusieurs sauvetages désespérés permettaient aux Diables Rouges de tenir leur avance, et de valider ainsi leur billet pour les quarts de finale, où ils affronteront l’Argentine qui a également eu droit à sa période supplémentaire un peu plus tôt dans la journée.