PSG : Rothen donne à Al-Khelaïfi les noms des 11 joueurs à dégager

PSG : Rothen donne à Al-Khelaïfi les noms des 11 joueurs à dégager

Photo Icon Sport

Humilié à Lille (5-1) dimanche dernier, le Paris Saint-Germain a encore chuté mercredi en Ligue 1.

Cette fois, les Parisiens se sont inclinés à Nantes (3-2), ratant pour la troisième fois l’occasion d’être sacrés champions de France. Pour sa défense, rappelons que la formation de Thomas Tuchel était largement remaniée car privée de nombreux cadres à la Beaujoire. Mais cela ne suffit pas pour calmer Jérôme Rothen, choqué par le manque d’implication des joueurs alignés.

« C’est encore pire qu’à Lille, a estimé le consultant de RMC. Le score est moins large avec un 3-2 mais l’écart aurait pu être plus important. Il y a eu des ballons de 4-1. C’est dire toutes les difficultés de ce PSG-là. Il faut dire que les joueurs ne sont pas au niveau, dire que Tuchel se trompe, il se voile la face, il s’est trompé sur des joueurs. Et ça se confirme de match en match, mais le pire c’est qu’il les laisse. C’est obligé de laisser des traces. »

Rothen s’en prend à Tuchel

« J’ai peur que les dirigeants fassent comme si ces matchs n’existaient pas… On voit les manques sans les joueurs cadres, on voit les joueurs que Tuchel a recrutés, les jeunes qu’il nous a vendus, et maintenant il se plaint de l’effectif, s’est étonné l’ancien Parisien. Comment après une rincée à Lille tu n’arrives pas à mettre dans les têtes des joueurs qu’il faut mouiller le maillot ? C’est une honte pour le maillot du PSG ! Pour ce qu’il représente, pour les supporters. » Du coup, le Parc risque de gronder face à l’AS Monaco.

« L’accueil qu’ils vont avoir dimanche sera à la hauteur de la déception depuis plusieurs matchs, a prévenu Rothen. Qu’ils se préparent à autre chose en finale de la Coupe de France. Sinon, ça peut mal tourner. Et après, un coup de chausson… Je suis président, les onze qui ont joué à Nantes, je ne veux plus les voir, je leur dis qu’ils dégagent en fin de saison. » Sauf que Tuchel ne réclame pas des départs, mais plutôt des arrivées.