Une victoire très « Sang et Or » pour le PSG

Une victoire très « Sang et Or » pour le PSG

Photo Icon Sport

Après deux nuls consécutifs en championnat, le PSG a logiquement pris le meilleur sur Lens au Stade de France (1-3). Un match marqué par deux cartons rouges pour Lens, et un qui va faire parler pour Cavani, expulsé pour avoir touché l’arbitre. 

C’est inhabituellement au Stade de France que le championnat de Ligue 1 reprenait ses droits ce vendredi, pour le lancement de la 10e journée. Le PSG y jouait gros, histoire de montrer qu’il n’avait pas l’intention de voir l’écart avec l’OM encore grandir, malgré les absences de nombreux joueurs, surtout en défense. Rapidement, le ballon était parisien, avec une première énorme occasion pour Cavani, dont le tir à ras de terre était repoussé par Riou (9e). Sur le contre, Cabaye hésitait au duel sur un ballon, permettant à Coulibaly de filer vers le but, et même de conclure sur un tir dévié par Thiago Motta, et qui rentrait à ras du poteau de Sirigu (1-0, 10e). Le PSG était un peu sonné, mais on sentait, malgré la sortie de Matuidi sur blessure (21e), remplacé par Bahebeck, que Paris avait les moyens de revenir. Bien lancé en profondeur, Cavani avait une énorme occasion d’égaliser, mais Riou avait anticipé le lob (19e) avant, sur une action presque similaire, de voir Baal seconder Riou devant sa ligne (22e). Si l’Uruguayen peinait à trouver la faille, la solution venait d’ailleurs. Sur un bel effort de Pastore pour éviter une touche, Maxwell sollicitait Cabaye dans l’axe. La frappe à rebond de l’ancien lillois faisait mouche sur le côté gauche (1-1, 28e). Le PSG avait retrouvé de la confiance, tandis que Riou perdait de son assurance. Le gardien lensois s’aventurait bien loin pour une sortie au poing, permettant à Maxwell, après un petit contrôle et une frappe lobée de 22 mètres, de faire parler pour une fois son pied droit avec ce but parfaitement dosé (1-2, 34e). L’avantage était logique et semblait permettre aux « visiteurs » de gérer de manière plus convaincante que par le passé leur avantage au score. 

Mais c’était sans compter sur une deuxième période assez folle, avec notamment un festival de M. Rainville au sifflet. L’arbitre accordait tout d’abord un pénalty très généreux pour Paris, Cavani ayant « parfaitement » plongé après avoir senti les mains de Gbamin se poser sur son dos sur un centre de Maxwell. Le défenseur lensois voyait rouge et Cavani transformait son pénalty en force (1-3, 55e). Mais l’Uruguayen, un peu trop soulagé de mettre fin à sa disette offensive, mimait un tir au fusil vers les supporters lensois, ce qui lui valait un avertissement. L’attaquant parisien attrapait légèrement le bras de M. Rainville pour tenter de comprendre et voyait rouge (56e). Et ce n’était pas fini. Presque dans la foulée, après un accrochage avec Cabaye sur un coup de pied arrêté, Le Moigne récoltait un deuxième jaune, et donc un rouge, pour avoir poussé le milieu parisien (59e). Forcément, entre l’écart au score et la réduction de Lens à neuf, le match perdait de son intérêt. Cela permettait à Laurent Blanc de faire notamment entrer le jeune Kimpembe à la place d’un Motta diminué physiquement (75e). Paris terminait en roue libre, laissant Lens dans la zone rouge, tandis que le PSG, qui va devoir faire sans Matuidi et Cavani contre Bordeaux la semaine prochaine, en profite pour doubler, peut-être provisoirement, les Girondins et prendre la deuxième place.