Roussey : «Je ne fais pas ce métier pour dormir tranquillement»

Roussey : «Je ne fais pas ce métier pour dormir tranquillement»

L'entraîneur stéphanois ne veut pas que son équipe commence à déprimer, et ne s'inquiète pas pour sa situation.

Après trois défaites consécutives, l’AS Saint-Etienne peut légitimement s’inquiéter à la veille d’un déplacement jamais facile à Marseille. Placé sur la sellette, l’entraîneur stéphanois ne s’en fait pas plus que cela. « Dans toute situation, l’entraineur doit avoir la bonne analyse et le recul nécessaire pour continuer d’avancer. Après une défaite, il faut réagir. Je ne fais pas ce métier pour m’endormir tranquillement et passer des heures paisibles. Cela fait partie de la fonction (…)Ce sont des situations difficiles où il faut savoir faire le dos rond et avancer. Dans une tempête, mon rôle est également de montrer le chemin et d’y croire. Chaque match est différent. L’important est d’avoir, chaque fois qu’on entre sur un terrain, la conviction qu’on est là pour s’imposer », a expliqué Laurent Roussey.


Au Vélodrome, le technicien des Verts espère que ses joueurs ne craqueront pas face à la pression que les Marseillais voudront imposer dès le début du match. « Dans notre situation actuelle, le pire ennemi pour nous serait d’avoir peur ou d’avoir des craintes. On ne peut pas changer les matches passés. Il faut plutôt s’en servir pour améliorer notre efficacité défensive et offensive. Nous pourrons y remédier qu’avec la certitude qu’on est fort et qu’on maintient le cap. A nous de prouver que nous sommes costauds dans nos têtes. Je le répète : notre plus gros danger serait d’être envahi par le doute », a confié l’entraîneur de l’ASSE.