Pape Diouf juge « minable » la pub de l’OM contre lui

Pape Diouf juge « minable » la pub de l’OM contre lui

Photo Icon Sport

Tout le monde a été étonné ce dimanche de voir l'Olympique de Marseille s'offrir une pleine page de publicité dans les colonnes de l'Equipe afin de s'attaquer à l'ouvrage de Pape Diouf dans lequel l'ancien patron de l'OM n'y allait pas de main morte sur les dirigeants actuels du club phocéen. Réagissant à cette initiative pour le moins originale, Pape Diouf a été sans pitié avec Vincent Labrune, qu'il accuse d'être derrière toute cette opération.

« J’ai évidemment pris connaissance de ce communiqué, qui doit sans doute valoir un petit bras à l’Olympique de Marseille à l’heure où on nous apprend que le club doit faire des économies. Mais je crois que devant ça, il faut surtout adopter une forme de mépris. Il y a une vérité dans ce communiqué : l’emploi du pronom « je » dans mon livre. Mais quand on fait une autobiographie, si on ne peut pas dire « je », je ne sais pas trop quel autre pronom il faut utiliser (...) Cela dit, le procédé est abject et minable. Car tous les points soulevés sont des mensonges. Je peux les démonter. Et le démontrer, a confié, sur RMC, Pape Diouf, qui veut faire jouer la corde sensible et s’appuyer sur les supporters, lesquels ne lui ont jamais tenu rigueur de ne rien avoir gagné avec l’OM. Ce qu’il faut savoir, c’est que je suis un supporter de l’OM. Je l’étais avant de devenir président du club, je l’étais pendant, et je le suis redevenu en ayant acheté mes abonnements. Même pas la courtoisie de m’inviter au stade… Il faut savoir que ce n’est pas l’institution OM qui est à l’origine de tout ça, mais un seul homme : le président actuel de l’Olympique de Marseille. »

Et Pape Diouf de se lancer dans une attaque plus virile contre Vincent Labrune. « Au-delà du fait que le petit Noir venu d’Afrique a été un peu raillé, à la limite, quand on veut l’humilier au deuxième degré, il y a évidemment des relents de certaines choses qui ne sont peut-être pas tout à fait convenables. Mais au-delà de ça, il y a des passages clairement diffamatoires. Mais moi, j’applique une très vieille règle que j’appliquais déjà à l’OM : c’est de ne pas poursuivre les gens qui vous diffament. Je pense que parfois, le mépris est la meilleure des réponses à apporter à certaines choses. Pourtant, j’ai tout à fait la possibilité et les cartes judiciaires de donner un prolongement à cette affaire-là. Mais ce n’est pas dans ma nature », prévient l’ancien président de l’Olympique de Marseille, qui bénéficie là d’une belle publicité pour son ouvrage.