OL-OM : De la prison ferme requise contre l'agresseur de Payet !

OL-OM : De la prison ferme requise contre l'agresseur de Payet !

Identifié et interpellé dès dimanche soir, l’homme qui a lancé la bouteille au visage de Dimitri Payet est passé ce mardi en comparution immédiate.

« Il reconnaît les faits. Quand il a vu que ça partait dans tous les sens, il a pris une bouteille d’eau. Entre la lancer en direction du joueur et l’atteindre, il y a une nuance. Il s’en veut » a expliqué l’avocat du lanceur de bouteille en question. Des arguments auxquels le procureur n’a pas été très sensible puisque ce dernier vient de requérir six mois de prison ferme à l’encontre du lanceur de bouteille en question. Cinq ans d’interdiction de stade en France ont également été requis contre l’homme coupable de l’agression dont Dimitri Payet a été victime dimanche soir au Groupama Stadium, ce qui a ensuite entraîné l’arrêt définitif du choc de la 14e journée de Ligue 1 entre l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille.

« Ce geste est un acte de violence intentionnelle, la vidéo le montre. Ce monsieur va regarder autour de lui, mettre sa capuche et dissimuler son visage, il va regarder à droite et à gauche, il arme son bras et lance la bouteille. On a la préparation du geste avec un jet tendu d'une force exceptionnelle car la bouteille explose. En aval, vous avez ce sentiment de satisfaction avec cette accolade comme si la mission était réussie. En garde à vue, il (le prévenu) varie ses versions. Ce n'est pas le procès du foot mais de Monsieur S., a poursuivi le procureur. Et la victime est M. Payet. (...) Vous entrerez en voie de condamnation. Les faits sont particulièrement graves. (...) Le risque zéro n'existe pas mais la tolérance zéro s'impose. Stop à la violence. Les faits sont graves, les conséquences sont graves pour le joueur, tous les acteurs et l'image du sport » a lancé le procureur, révolté et qui souhaite donc une fermeté absolue.

Un danger de mort pour Payet selon la LFP

La peine requise contre le lanceur de bouteille conviendra sans doute à l’avocat de la LFP, qui avait pris la parole quelques minutes plus tôt au cours de l’audience. « La ligue est désabusée devant cette recrudescence des actes délictueux après le Covid. Ce n'est pas le procès du supporterisme mais de la violence. Il y a ce sentiment d'impunité de pouvoir jeter une bouteille, et de se dire que ce ne sera pas si grave. On en est à ce niveau-là. C'est réussi : Dimitri Payet a dit qu'il a peur d'aller tirer un corner. Il (le lanceur) est au milieu de 5000 personnes dans son bloc, face à un joueur vulnérable, concentré sur son geste. C'est un demi-kilo qui lui arrive sur la tête. Cela peut tuer. Ce n'est pas aller trop loin que de dire cela. Je ne doute pas que votre tribunal ira vers la condamnation. Il faut protéger les acteurs. Si on continue, un acteur va se retrouver, à terme, dans un état grave sur un autre incident » avait lancé l’avocat de la LFP. Pendant ce temps, Dimitri Payet n’a toujours pas repris l’entraînement avec l’Olympique de Marseille, deux jours après son agression.