Nicollin n’a rien « à foutre » des avantages fiscaux

Habitué à mettre la main à la poche pour financer ses équipes sportives, Louis Nicollin n’a pas l’intention de pleurer sur la fin des avantages fiscaux pour les joueurs, et donc les équipes professionnelles. « Je n'en ai rien à foutre. Ça ne m'embête pas du tout. Dans le domaine des sous, on doit payer des impôts comme tous les gens, non ? S'il le faut, on paiera un peu plus. C'est surtout le rugby qui va morfler », explique le toujours volcanique président de Montpellier.