Hoarau : "Je ne suis pas encore au top"

Hoarau : "Je ne suis pas encore au top"
Auteur du but décisif contre Bordeaux, l’attaquant réunionnais du PSG préfère retenir la victoire du groupe et sa marge de progression personnelle. Entretien.

Guillaume, ce succès face à Bordeaux a été difficile à obtenir…

On se devait de faire oublier cette mauvaise sortie à Monaco, on l’a bien fait. C’est vrai que c’était très dur. Je pense que si on continue à faire les efforts tous ensemble sur le terrain, on va être récompensés. Face à une telle équipe, il fallait rester concentrés de la première à la dernière minute, on l’a été. Les Bordelais ont bien joué, mais on s’est accroché. Moi dans ma tête, je savais qu’il y allait avoir une occasion, il fallait rester concentré. Ça a payé. Maintenant, il faut rester humble et continuer à bosser.

Racontez-nous votre but…

C’est sur un centre de Sylvin Armand, il me met la balle assez fort, je la prends du pied droit et je loupe mon contrôle, ce qui me fait reculer. Après, je sais que je n’ai pas la force pour la mettre, donc je fais tout pour la placer. J’ai de la réussite…

Le groupe respire un peu plus après ces trois points…

Cette victoire fait énormément de bien, parce que depuis le début, on travaille, l’ambiance dans le vestiaire est très bonne. Après la défaite à Monaco, on est resté soudé, il fallait être patient et se faire mal. On n’a pas volé cette victoire qui fait du bien.

La saison passée avec Le Havre est-elle oubliée ?

Cela fait un moment qu’elle est oubliée, il faut vivre avec son temps. Il faut continuer sa marche en avant. L’année dernière, j’ai franchi un palier, cette année j’en ai un autre, énorme, qui m’attend. Je vais retenir le meilleur de la saison dernière pour que je puisse capitaliser un maximum de confiance et continuer à bosser car je sais que je ne suis pas encore au top en Ligue 1, je débarque.

Quelle est la différence entre la Ligue 1 et la Ligue 2 ?

La Ligue 1 est un championnat très difficile. Tout va plus vite, les phases offensives et défensives sont plus précises. Après, tout est une question de confiance. Je sais ce que j’ai à faire pour m’améliorer. A moi de me faire mal et de prouver que j’ai le niveau pour y jouer.

Ce but vous ôte-t-il un poids ?

Pour tout attaquant, il est important de débloquer son compteur but. Mais c’est la récompense du travail de tout un groupe, on est vraiment restés soudés sur le terrain. Ce but, c’est moi qui le marque mais j’ai vu le soulagement dans les yeux de mes partenaires et c’est ça le plus fort. Si on garde cet état d’esprit, je pense qu’on va avancer.

Nicolas Soto