Droits TV : Nantes accuse la LFP, l'ASSE sollicite l'UEFA

Droits TV : Nantes accuse la LFP, l'ASSE sollicite l'UEFA

Photo Icon Sport

Patron du FC Nantes, Waldemar Kita a vu avec effarement le montant déboursé par les opérateurs britanniques pour s’octroyer les droits de la Premier League. BT et Sky Sports ont déboursé 7 milliards d’euros pour trois saisons de Premier League (2,3 milliard par an), alors que la L1 touchera 748 ME annuels pour la période 2016-20. Un gouffre contre lequel il n’y a pas grand-chose d’autre à faire si ce n’est constater les dégâts et l’écart entre les championnats, même si certains présidents de club ont des idées. Pour Kita, la LFP s’est bien planté en avançant d’un an les offres pour les droits télés, pour profiter de la guerre entre Canal et BeIN SPORTS. 

« On a commis une erreur en anticipant cet appel d'offres. Je sais ce que l'on va me répondre. Qu'il est trop tard, que l'appel d'offres est derrière nous. Moi, je crois qu'entre gens intelligents on peut se remettre autour d'une table et discuter », a lancé le président du FC Nantes. On voit pourtant très mal les diffuseurs se remettre à table, alors qu’ils ont été pressés par la Ligue de faire une offre un an avant la date prévue, qui était au… printemps 2015. A Saint-Etienne, on fait bizarrement appel à l’UEFA, qui n’a pourtant pas son mot à dire en la matière. « La Premier League devient la NBA du football. Elle va être supérieure à la Ligue des champions. Des clubs comme Manchester United ou Chelsea vont avoir des budgets de 700 ou 800ME. Ce qui se passe en Premier League va faire réagir en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Et je n’imagine pas que l’UEFA ne réagisse pas. Mais il y a aura une écoute plus attentive si la demande vient du Bayern du Real, du Barça ou du Milan AC plutôt que de Saint-Étienne… », a expliqué le vice-président de la LFP Bernard Caïazzo, qui sait que cette manne financière va aider les clubs anglais à passer sans encombre le fair-play financier pour les années à venir.