Carrasso ne joue pas le « donneur de leçons »

Carrasso ne joue pas le « donneur de leçons »

Photo Icon Sport

Le gardien de Bordeaux Cédric Carrasso semble de plus en plus épanoui en Gironde. Performant cette saison, le portier formé à Marseille a été décisif à plusieurs reprises et pense qu’il surfe sur une bonne dynamique, comme il l’a confié à Sud-Ouest.

 

« J'ai très vite senti, dès le premier match à Paris, que j'étais bien. Mon plus bel arrêt ? Le coup franc contre Marseille (NDLR : frappe de Taïwo détournée), c'est le plus « exotique » : plus d'un gardien serait resté à terre, les jambes coupées mais j'ai réussi à retrouver rapidement la force de me relever pour dévier. L'arrêt important, pour moi, c'est contre Lyon face à Gomis (tir détourné sur la barre à 1-0). Je me dis qu'en ce moment, les attaquants doivent me trouver chiant à jouer… », rigole Carrasso, qui a connu des jours plus difficiles durant sa carrière.


Son entente avec ses coéquipiers ainsi que son intégration réussie dans l’effectif sont également des facteurs importants de son bien-être actuel. Sa connaissance du groupe bordelais lui permet d’ailleurs d’affirmer que les difficultés des Girondins sont d’ordres mentales.


« Ma satisfaction ne peut être que collective. Quand je vois dans les yeux de mes défenseurs qu'ils sont contents de moi, cela me fait doublement plaisir. Je ne suis pas un donneur de leçon, ma carrière n'est pas parfaite mais j'essaie de partager ma confiance en parlant de ce que j'ai vécu avec les plus jeunes. Certains viennent d'arriver, il y a une grosse attente… Notre problème aujourd'hui est exclusivement mental : quand tout le monde se sera décomplexé et aura retrouvé confiance, ça ira beaucoup mieux. J'ai tellement envie que ce club vive à nouveau de grands moments ! » s’exclame Carrasso, qui espère que les performances de son club lui permettront de titiller Steve Mandanda pour la place de gardien n°2 en équipe de France.