TV : Pierre Ménès frappé sous la ceinture

TV : Pierre Ménès frappé sous la ceinture

Icon Sport

Accusé de comportement à caractère sexiste, Pierre Ménès est écarté de l’antenne de Canal + depuis plusieurs semaines. Et les accusations tombent.

En parallèle, le consultant du Canal Football Club est accusé de harcèlement moral par Emmanuel Trumer, son ancien assistant. Interrogé par Le Media, l’ex-collaborateur de Pierre Ménès a remis une couche en réitérant ses accusations dans l’attente d’un procès dont l’audience est fixée à juin 2022. « Ménès m’a bloqué de partout. Je me suis rendu compte qu’il avait réussi son coup : je ne pouvais bosser nulle part », a souligné Emmanuel Trummer, dont le père, agent de Pierre Ménès, a pris fait et cause pour le journaliste. « Pire : il a pris parti pour Ménès ! Il lui aurait dit que j’étais homosexuel, donc selon lui, il avait le droit de m’appeler comme ça » détaille le jeune homme, avant de conclure. « Les journalistes ont vu ce qui m’arrivait, donc quelque part, je peux comprendre qu’ils ne me soutiennent pas. Mais si la justice ne condamne pas, personne ne peut le faire et personne ne le fera ! Canal+ ne le fera pas parce qu’ils ont besoin de Ménès » a-t-il expliqué.

L'avocat de Pierre Ménès répond aux accusations

Ecarté de l’antenne de Canal +, Pierre Ménès se fait discret depuis plusieurs mois et ne communique quasiment plus. C’est son avocat, maître Arash Derambarsh qui s’en charge. Toujours sur Le Media, il a volé au secours de son client face aux accusations signées Emmanuel Trumer. « A l’issue de l’enquête d’une durée de plus d’une année ordonnée suite à la première plainte de Monsieur Trumer, le parquet a classé sans suite le dossier le 26/10/2020 en considérant que les faits apparaissaient insuffisamment caractérisés. La juge d’instruction rendra forcément une ordonnance de non-lieu au regard de la longue et complète enquête qui a déjà été menée et qui a conclu par un classement sans suite ». Englué dans plusieurs affaires, Pierre Ménès est loin des caméras et des micros... en attendant des jours meilleurs.