Affaire : Une demande d’ADN fait flipper Cristiano Ronaldo

Affaire : Une demande d’ADN fait flipper Cristiano Ronaldo

Photo Icon Sport

Cristiano Ronaldo a beau démentir, la police des Etats-Unis n’a pas l’intention de lâcher l’affaire.

En effet, la police poursuit son enquête suite à la plainte de Kathryn Mayorga qui accuse le Portugais de l’avoir violée dans un hôtel en 2009. A l’époque, un accord financier à hauteur de 375 000 dollars avait permis à CR7 de calmer l’Américaine, du moins jusqu’à l’automne dernier. C’est pourquoi les autorités de Las Vegas ont relancé le dossier et viennent de solliciter leurs collègues italiens afin d’obtenir l’ADN de Cristiano Ronaldo.

« La police de Las Vegas prend les mêmes mesures pour cette affaire que pour n’importe quelle autre agression sexuelle, afin de permettre l’obtention de preuves ADN. Nous confirmons qu’une demande officielle a été soumise aux autorités italiennes. S’agissant d’une enquête en cours, nous n’avons aucune information ou commentaire supplémentaire à faire dans l’immédiat », a indiqué la police américaine dans un communiqué envoyé à l’AFP.

L’avocat de CR7 tempère

Pas de quoi paniquer dans le clan de l’attaquant turinois. « M. Ronaldo a toujours maintenu, c’est encore le cas aujourd’hui, que ce qui s’est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle, a répondu l’un de ses avocats Peter S. Christiansen. Il n’est donc pas surprenant que de l’ADN soit présent, ni que la police fasse cette demande des plus classiques dans le cadre de son enquête. » Habituelle ou non, cette procédure prouve que les accusations contre Cristiano Ronaldo sont prises au sérieux.