Euro 2016 : Le fiasco d'OM-PSG fait très peur !

Euro 2016 : Le fiasco d'OM-PSG fait très peur !

Photo Icon Sport

Considérée comme la dernière répétition générale en matière d'organisation avant l'Euro 2016, la finale de la Coupe de France entre l'OM et le PSG, samedi au Stade de France, suscite de très grosses inquiétudes. Si aucun blessé n'est heureusement à déplorer, les conditions d'accès aux tribunes se sont révélées désastreuses et quelques mouvements de foule suscitent bien des interrogations. Car la pose d'un mur provisoire autour du stade avec des accès limités n'est peut-être pas la bonne idée annoncée. Quoi qu'il en soit, alors que des témoignages venus des deux camps accusent les organisateurs, du côté des autorités on reste zen. 

Dans Le Parisien, un supporter du PSG fait ainsi un récit assez effrayant de la manière dont il a finalement réussi à rejoindre sa place à quelques secondes du coup d’envoi. « De la sortie du RER aux abords du stade : aucun panneau, aucun stadier pour nous guider (…) Après trois minutes de marche, on se retrouve par milliers coincés dans un entonnoir de 2 m de large, entre un mur et un cordon de barrières, de camions de forces de l’ordre et d’un abribus (…) Impossible d’avancer, il y a un deuxième entonnoir menant à la fameuse porte J. Après trente minutes d’attente, serrés comme du bétail, certains font tomber une cloison pour respirer. Puis d’autres, devant, escaladent une barrière. Les CRS arrivent et balancent du gaz ! Apeurés, des enfants pleurent, les gens se bousculent. Nous nous échappons de ce traquenard, en passant par la cloison qui venait de tomber. Direction l’entrée des Marseillais. Et là, surprise, il nous faut seulement une minute pour entrer dans le stade, tout juste pour le coup d’envoi ! », raconte, dans le quotidien francilien, ce fan du PSG. Et du côté de l’OM, on a vécu de telles scènes.

Interrogé sur ces dysfonctionnements, le préfet de Saint-Saint-Denis tient à dédramatiser les choses, tout en admettant que le dispositif mis en place a été défaillant. « Il va falloir corriger ce qui n’a pas fonctionné (…) Il y a eu des micro-incidents qui ont révélé des failles. La signalisation de l’Euro n’était pas encore en place, ce qui explique que les gens se soient perdus. On a aussi constaté un déséquilibre entre les différents points d’entrée. Le système a un peu craqué. La consigne est pourtant de ne pas alléger le dispositif, même à cinq minutes du coup d’envoi. Il y a aussi eu des objets lancés au-dessus du mur censé isoler le parcours des supporteurs. Il y a des points faibles qui ne sont pas acceptables. Il faut qu’on s’explique avec la FFF et l’UEFA », a confié, dans le Parisien, le préfet en charge du Stade de France. A moins de trois semaines de l’Euro, il est effectivement temps de s’expliquer….