Tettey : « Je peux conduire sans GPS »

Tettey : « Je peux conduire sans GPS »

Photo Icon Sport

Par cette énigmatique phrase, Alexander Tettey a laissé entendre beaucoup de choses sur une deuxième partie de saison qu’il veut enfin convaincante.

Arrivé blessé mais avec une étiquette de futur Stéphane Mbia sur le dos, Alexander Tettey a eu du mal à s’imposer au sein du milieu de terrain fourni du Stade Rennais, notamment en raison de la présence de six concurrents, mais aussi avec l’éclosion incontestable du prometteur M’Vila. Cheyrou et Inamoto partis, le milieu de terrain est bien conscient qu’on lui a fait de la place pour 2010.

 

« En arrivant ici, je savais que ce serait difficile car il y avait six milieux. Deux sont partis, c’est certain que pour moi, c’est une bonne chose car mon temps de jeu sera supérieur. Cela ne veut pas dire que je jouerai tout le temps. Je dois toujours prouver. Quand je suis arrivé, le coach m’a dit qu’il fallait en général six mois pour s’adapter. Je pense avoir mis moins de temps. Peut-être simplement trois mois. Je sais comment l’équipe joue, ce que mes coéquipiers veulent sur le terrain. Ça va beaucoup mieux », assure le Norvégien, habitué aux grands froids et qui se sent donc ragaillardi par les températures actuelles, et surtout accoutumé au jeu rennais, bien différent de celui pratiqué à Rosenborg.

 

« Je connais à présent la ville. Je peux conduire sans GPS maintenant !  L’hiver ici n’est pas très rude comparé à la Norvège. Je sais que c’est exceptionnel pour vous des températures aussi froides mais pour moi c’est parfait ! Les joueurs ont des qualités individuelles. Par exemple, Moussa Sow est rapide, puissant, capable de garder le ballon. Techniquement et tactiquement aussi il y a une différence. C’est plus rapide. En Norvège, il y a plus de longs ballons comme en Angleterre. On a le temps de récupérer la balle, de la contrôler et la redonner. Ici, à l’entraînement, le coach veut seulement trois touches de balle. Tous les joueurs pressent également très vite le porteur. Mais comme je l’ai dis, ce n’est plus un problème, je me suis adapté », a assuré Alexander Tettey, qui comme Gyan l’a fait cette saison, espère désormais se montrer à son meilleur niveau après une période d’adaptation plus longue que prévue.