PSG : Président fantôme, Al-Khelaïfi est-il en train de lâcher le Paris SG

PSG : Président fantôme, Al-Khelaïfi est-il en train de lâcher le Paris SG

Photo Icon Sport

Muet depuis l’élimination du PSG par Manchester United en Ligue des Champions, Nasser Al-Khelaïfi fuit plus que jamais les médias.

En dehors d’une interview délivrée à France Football au mois de juin pour faire le point sur la situation du club, le dirigeant qatari n’intervient publiquement sur aucun dossier, même en cette période des transferts, ou dans la situation délicate que vit le club avec le désir de Neymar de partir. Bien évidemment, cela ne l’empêche pas de remplir ses fonctions comme tout dirigeant. Mais là encore, son travail semble surtout extérieur au PSG, puisqu’il n’est quasiment jamais à son bureau. Selon Le Monde, qui qualifie Al-Khelaïfi de « président fantôme », ce dernier n’a, depuis le début du marché des transferts, été présent que deux jours au siège du PSG. Ses activités se déroulent surtout à Doha, à Londres ou à Los Angeles où il s’imprègne du milieu du cinéma depuis le rachat de Miramax par beIN Media.

« Pourtant, en théorie, c’est dans le bureau du président que se joue le sort du club le plus ambitieux de la galaxie. C’est d’autant plus curieux, ce bureau vide, qu’en ce moment, au PSG, comme dans tous les autres clubs de la planète, c’est la grande effervescence des transferts… Celle du carnet de chèque, des coups de bluff et des négociations à trois bandes. En clair, c’est le moment des présidents », explique ainsi le quotidien national, pour qui Nasser Al-Khelaïfi se détache clairement du PSG ces derniers temps. Même si le fait qu’il ne soit pas présent à Paris ne l’empêche pas de gérer de nombreux dossiers, l’image d’un président très détaché transparait et laisse penser que le Qatari, très touché par les déboires de son club en Ligue des Champions, commence à prendre du recul. L’arrivée de Leonardo permet en tout cas d’avoir un homme de confiance et qui connaît bien la maison aux fourneaux, à tel point que le Brésilien n’a pu s’envoler que ce vendredi pour la Chine, très occupé par le mercato parisien.