PSG : L’humiliation de trop pour Marquinhos

PSG : L’humiliation de trop pour Marquinhos

Photo Icon Sport

Récemment prolongé au Paris Saint-Germain, Laurent Blanc avait jusqu’à présent réussi à gérer parfaitement son vestiaire et ses égos, parvenant tout de même à éviter les polémiques internes dans un club avec autant de stars, ce qui n’est jamais évident.

Mais ce mercredi, l’entraineur parisien a probablement effectué un mauvais choix qui va laisser des traces. Serge Aurier, qui n’avait pas joué depuis deux mois et n’avait même pas été retenu dans le groupe pour le match précédent face à Nice, a été titularisé sur le côté droit de la défense en lieu et place de Marquinhos, pourtant impeccable pendant ce long intermède. L’Ivoirien n’a pas été impérial, disparaissant des radars après le repos avant d’être très tardivement remplacé par… van der Wiel. Le Brésilien, après l’épisode du Vélodrome où il devait entrer en jeu et avait vu David Luiz refuser d’être remplacé, a certainement compris qu’on ne comptait pas sur lui pour être titulaire dans les gros matchs. Se faire passer devant par un joueur hors de forme et qui avait insulté publiquement son entraineur n'est pas bon signe pour l'avenir. Au sein de son clan, le message est en tout cas clairement perçu comme tel.

« Il l’a vécu comme une humiliation. Il s’est même échauffé pendant presque toute la seconde période pour rien. Pas certain que le staff aurait agi ainsi avec un autre joueur », a expliqué un proche du joueur à L’Equipe, tandis que l’agent du joueur de la Roma a préféré ne pas trop en dire, de peur de déraper. « Si Marquinhos était déçu ? C’est surtout le PSG qui doit être déçu par un tel résultat. Mais je préfère ne pas parler maintenant, je suis encore trop énervé pour ça. On verra après la Ligue des Champions. On va laisser passer l’échéance pour parler de son futur », a fait savoir Giuliano Bertolucci, qui reste, comme Marquinhos, toujours très mesuré dans ses propos pour ne pas faire d’esclandre. Mais la pilule est clairement difficile à avaler.