Mercato : Quand Bisevac faisait cracher le PSG pour partir à l'OL

Mercato : Quand Bisevac faisait cracher le PSG pour partir à l'OL

Photo Icon Sport

Lors du mercato 2012, Milan Bisevac a quitté le Paris Saint-Germain pour rejoindre l'Olympique Lyonnais. Mais l'opération a bien failli capoter au dernier moment, le défenseur serbe, furieux de l'attitude de Leonardo, ayant exigé que le PSG lui verse de l'argent pour qu'il parte de Paris pour signer à l'OL. L'agent de Milan Bisevac, Franck Belhassen, raconte la suite de ce feuilleton.

« Cela a été assez rocambolesque. Milan a fait les six derniers mois de la saison avec Carlo Ancelotti, et à l’époque il y avait un « grand » défenseur central au PSG, Lugano, qui devait rester. Donc avec Milan, on a rencontré Leonardo qui nous explique que Milan était extra-conmunautaire avec son passeport serbe et qu’il devait trouver une porte de sortie. On arrive donc à trouver Lyon, qui était une bonne porte de sortie. L’OL se met quasiment d’accord avec Milan, Paris se met quasiment d’accord avec Lyon. Réveillère devait arriver aussi au PSG avant son souci au genou. Mais on arrive donc à se mettre d’accord à l’avance avec l'OL. Mais malgré cela, on est à Paris. Et le 15 août, alors qu’on mange en terrasse, on apprend que Lucas signe au PSG, alors qu’il est extra-communautaire. Le Serbe, il a vite réfléchi. Et il me dit qu’il ne part plus de Paris et que si Paris veut qu’il parte, alors il faudra payer. Je lui explique que tout est fini et que ce n’est pas très bien. Il m’a dit d’appeler Leonardo et de réclamer une certaine somme sinon il ne partait pas (…) J’appelle Leo pour lui dire qu’on ne partait plus le soir même à Lyon car Bisevac voulait quelque chose pour partir. Il m’a demandé de venir à 9H le lendemain au Parc. Milan a dit qu’il voulait tant d'argent et qu’il partait immédiatement à l’entraînement, ce qu’il a fait. Leonardo m’a dit que c’était un braquage à visage découvert. Il m’a ensuite demandé ce que Milan voulait, et j’ai dit la somme, une belle somme. Je m’attendais à ce que Leo refuse. Il m’a demandé brut ou net ? J’ai dit net, je savais que j’avais gagné, et Milan aussi. Il pouvait signer à l'OL », a raconté, sur SFR, Franck Belhassen.