Hoarau : «Il faudra se sublimer contre l’OM»

Hoarau : «Il faudra se sublimer contre l’OM»

Photo Passion-Malherbe

Le buteur parisien a retrouvé le chemin du but et espère que le PSG pourra en profiter à Schalke, puis contre Marseille.

Buteur à Nancy avant la trêve internationale, puis de nouveau samedi contre Lorient, Guillaume Hoarau a trouvé le meilleur moyen de faire taire les critiques, même s’il avoue qu’il doit encore progresser.

« C’est sûr que face à Lorient j’étais un peu en dedans. Je voulais vraiment confirmer ce que j’avais réalisé à Nancy. Je voulais conserver cette dynamique. Ce n’est pas la fin du monde non plus, nous avons gagné et c’est bien là le plus important. Chaque joueur tire son bilan personnel de sa rencontre et pour moi, heureusement que ce but est là. Le contenu du match n’était pas bon, car je pense pouvoir apporter beaucoup plus à l’équipe (...) C’est difficile de connaître des périodes de doute, mais en même temps cela fait aussi partie de la vie d’un attaquant. Le fait d’inscrire deux buts en deux matches est très bon pour la confiance. Maintenant, si les contenus de mes matches ne me conviennent pas et que j’inscris quand même un but, je suis prêt à signer tout de suite », confie l’ancien havrais sur le site officiel du club.
La semaine s’annonce d’ailleurs musclée pour les Parisiens qui enchaîneront deux déplacements à Schalke, en Coupe de l’UEFA, puis évidemment le week-end prochain à Marseille. « La Coupe UEFA est une autre compétition, et je pense que le coach aura les mots qu’il faut pour nous donner la direction à suivre. Le match face à Marseille, est un choc de Ligue 1, mais même si c’est le classico, c’est un match « normal » de championnat. Il n’y aura que trois points à la clé pour le vainqueur (…) Au Vélodrome, il y aura de l'ambiance et il faudra se sublimer. Cela va être un très gros match, de haut niveau, que tout le monde veut disputer. Nous devons avoir une attitude de guerrier et avoir faim, pas, parce que Marseille sera en face, juste parce que nous sommes sur une bonne base et que nous devons poursuivre en ce sens », prévient Guillaume Hoarau.