OL : Un club de « mercenaires qui souillent le maillot », il craque !

OL : Un club de « mercenaires qui souillent le maillot », il craque !

Photo Icon Sport

Les deux dernières performances de l'Olympique Lyonnais ont mis une énorme pression du côté de la capitale des Gaules, Jean-Michel Aulas tentant de faire face à une pluie de critiques, que ce soit sur le plan sportif, mais également sur le plan de la communication. Pour Nicolas Puydebois, l'heure est venue de taper du poing sur la table et de ramener les joueurs à la réalité. Car pour l'ancien gardien de but de l'OL, certains des footballeurs actuels du club rhodanien ne méritent pas du tout de porter le maillot de Lyon.

Et dans l'émission Tant qu'il y aura des Gones, Nicolas Puydebois a tapé fort et même très fort. « C’est la faute des supporters, des médias, de la pluie, du soleil. A un moment donné. Aulas est allé voir les joueurs vendredi, avec nous ça marchait, mais là ça n’a pas fonctionné. Est-ce que les méthodes anciennes fonctionnent avec la génération actuelle ? Il faut se aussi se remettre en question et se poser les bonnes questions. Cela marchait avec nous, car nous étions très club, nous avions l’institution dans le coeur, et si on dit des choses c’est parce qu’on aime ce club. Cela nous agace de voir certains joueurs qui souillent ce maillot que nous avons porté et que nous avons essayé de faire grandir. Ce n’est pas pour faire le vieux aigri, mais j’ai commencé à l’âge de 8 ans à l’OL, j’ai payé mes licences, nous nous sommes investis dans ce club, car nous l’aimions (...) Aujourd’hui, c’est peut-être un mot fort, mais aujourd’hui le foot-business t’amène des mercenaires, des mecs qui viennent se servir du club pour grandir, là où avant les gens venaient pour s’investir. Et ça m’agace. On avait dix fois moins, mais on avait dix fois plus de valeur humaine et oui c’est chiant de voir ça. C’est un manque de respect pour tous ceux qui ont porté ce maillot avant », a lancé un Nicolas Puydebois, visible très remonté après les deux défaites contre Rennes et Dijon.