OL : Riolo écorche Aulas pour cette phrase troublante

OL : Riolo écorche Aulas pour cette phrase troublante

Photo Icon Sport

Pour éviter de tomber sur Bruno Genesio à l’issue du match nul décevant à Caen (2-2) ce samedi, Jean-Michel Aulas s’en est pris aux joueurs, expliquant que leur absence de justesse technique et même de volonté de gagner était trop pénalisante pour aller chercher les trois points, même contre des équipes a priori plus abordables. Alors, pour redresser la barre, le président lyonnais a envoyé ce message envers son capitaine : « Mauvaise opération à Caen et les joueurs m'ont déçus : manque d'enthousiasme, faiblesses techniques individuelles, Nabil (Fékir) va remobiliser son groupe : le talent est là, pas l'état d'esprit encore ». Une sortie loin d’être anodine pour Daniel Riolo, qui estime que JMA se trompe encore une fois totalement de discours.

« On ne sait plus trop quoi dire sur Lyon. Le scénario se répète. L’équipe flanche mentalement, Genesio s’énerve, Aulas dit que ça va aller mieux… Cette fois, le "boss dépassé" a inventé un nouveau concept. Ce n’est donc plus le coach qui va remobiliser le groupe, mais le capitaine, Fekir ! Il l’a dit. Derrière un micro ou sur Twitter, je ne sais plus. Mais qui dirige quoi et qui dans ce club ? Déjà, avant de remonter les autres, Fekir doit penser à lui. Sa forme est incertaine et il affiche trop d’inconstance pour enfiler le costume du sauveur. Pour le reste, on comprend toujours aussi peu comment joue l’équipe. De toute façon, on peut retourner le problème dans tous les sens, avec Fekir, un seul schéma: 4-2-3-1. Et pour que ça tienne comme ça, le capitaine de l’OL doit être au top ! Et dans ce système, tout le monde a intérêt à être concerné à 100%. Les joueurs offensifs du club ne sont pas vraiment impliqués dans le travail tactique global, c’est le moins que l’on puisse dire ! Certains donnent l’impression de se croire bien supérieurs à ce qu’ils sont réellement. Un match à Caen, ça doit pas être assez bien. Ça tombe bien, l’OL a rendez-vous à Manchester mercredi. La Ligue des champions, c’est plein de lumière. Mais faut faire gaffe quand même parce que ça peut aussi ressembler à une fessée déculottée devant tout le monde », a prévenu le consultant de RMC, très offensif à l’égard de Jean-Michel Aulas, et qui ne voit pas les choses s’améliorer sans un travail à l’unisson sur l’humilité et la performance. A tous les étages.