OL : Pierre Ménès pose les questions qui fâchent à Lyon

OL : Pierre Ménès pose les questions qui fâchent à Lyon

Photo Icon Sport

Les supporters de l'Olympiques Lyonnais, les vrais, doivent avoir le moral en berne depuis vendredi soir, l'annonce du départ de Bruno Genesio en fin de saison ne réglant pas d'un seul coup les soucis actuels de l'OL. Mais comme Pierre Ménès l'explique ce dimanche, après ce coup de théâtre, qui a pour but de faire baisser la pression au sein du club de Jean-Michel Aulas, chacun va devoir désormais prendre ses responsabilités. Et ce quitte ou double est un risque incroyable si près de la fin de saison constate le consultant de Canal+.

Pour Pierre Ménès, plus personne ne peu désormais se cacher à l'Olympique Lyonnais, le fusible Genesio ayant sauté. « Vendredi soir, la prestation lyonnaise a été informe. On a dit que Génésio avait fait des choix forts. Mais finalement, en se privant de Fekir et Depay au coup d’envoi, il n’a fait que dédouaner ses supposées stars de leurs responsabilités. Or, au moment où l’on entre dans le sprint final, c’est à ce genre de joueurs de faire la différence. Alors je ne sais pas s’ils ont été sanctionnés en interne ou s’il s’agissait d’un choix purement sportif, mais toujours est-il que l’OL est aujourd’hui plus fragile que jamais. Et on n’avait pas encore tout vu. Car samedi après-midi, Bruno Génésio a donné une conférence de presse pour annoncer qu’il arrêtait à la fin de la saison. C’est assez savoureux parce que quelque part, c’est le problème tout en n’étant pas le problème. Quelle va désormais être son influence sur son groupe dans la dernière ligne droite ? Et quid de la suite ? C’est un énorme gâchis parce que cette équipe possède des joueurs de talent. Mais elle ne s’en sort pas. Elle n’arrive pas à se motiver dans les matchs à sa portée. Des choses que l’on dit depuis des mois. Maintenant, la tête de turc des supporters, le fusible idéal a sauté. Il va donc falloir trouver autre chose », prévient, à juste titre sur son blog, un Pierre Ménès qui se demande si Jean-Michel Aulas a fait le bon choix.