OL : Le procureur Julien Cazarre condamne Jean-Michel Aulas

OL : Le procureur Julien Cazarre condamne Jean-Michel Aulas

Photo Icon Sport

On le sait depuis longtemps, et on peut le résumer dans une formule footballistique, Julien Cazarre et Jean-Michel Aulas ne passeront leurs vacances ensemble. Le président de l'Olympique Lyonnais n'apprécie pas que le trublion de Canal+ le fasse passer, dans J+1, pour un obsédé sexuel, et il a régulièrement demandé à la chaîne cryptée d'intervenir, trouvant cela pas drôle du tout. Pas de quoi faire taire Julien Cazarre qui s'en prend cette fois à Jean-Michel Aulas dans son édito de ce mardi pour France-Football.

Objet de la charge de Julien Cazarre, la séquence de la semaine passée avec Bruno Genesio. « La magie de « l’impkyonais », c’est de prévoir une conf de presse d’après-match pour annoncer la prolongation de Bruno Genesio, pour finalement dire que y a rien du tout et qu’on est complètement demeurés d’avoir cru une seconde que c’était déjà fait. Donc le gars convoque toute la presse pour dire qu’il a rien à dire en parlant pendant vingt minutes pour nous le dire... Non mais il faut que ce mec monte un parti politique avec Mélenchon et Maduro, c’est le Séguéla des temps modernes. Là où il est fort, Jean-Michmuch, c’est que c’est le plus grand pompier pyromane de l’histoire du foot. Je ne connais pas un type assez taré pour se tirer une balle dans le pied comme il l’a fait après la demi-finale... Là, il a carrément pris un AK47 et il a canardé son gros orteil à bout portant ! Pas de bol, sous son pied, y avait la tête de ce pauvre Bruno Genesio. C’était une mascarade de haut niveau, à faire passer les excuses de Cahuzac pour un discours de Martin Luther King (Jérôme Cahuzac, pas Yannick... lui il s’excuse pas, il dit « Y avait rien, putain, je touche même pas l’os »)...
Ce numéro de Jean-Michmuch était peut-être le chant du cygne d’un vilain gros canard. Ça fait vingt ans qu’on nous raconte que le boss des gones est un roi de la com. Mais même les Bad Gones ne sont pas des Bad gogos », écrit, dans l'hebdomadaire footballistique, le chroniqueur de Canal+.