OL : La sortie radicale de Lopes sur le départ de Genesio

OL : La sortie radicale de Lopes sur le départ de Genesio

Photo Icon Sport

Le week-end dernier après une nouvelle défaite en Ligue 1 à Nantes (2-1), Bruno Genesio a pris tout le monde de court à l’Olympique Lyonnais.

En annonçant son départ à l’issue de cette saison, après trois ans sur le banc des Gones, l’entraîneur rhodanien espère relancer une dynamique positive en vue du sprint final. Suite à trois défaites de rang, Lyon en aurait bien besoin. Mais pour rester sur le podium et valider la place en Ligue des Champions qui va avec, l’OL aura besoin de toutes ses composantes. De son staff, qui va tâcher de finir sa mission au mieux, de ses joueurs, qui seront désormais en première ligne, mais aussi et surtout de ses supporters, avec qui une cassure se confirme. C’est en tout cas le message qu’a voulu faire passer Anthony Lopes.

« Le départ de Genesio ? C’est une décision mûrement réfléchie, et depuis le début, il a tout le temps fait passer l’intérêt collectif en premier. Dans les moments compliqués, l’entraîneur est généralement le plus exposé, et le coach a témoigné d’un grand sens des responsabilités. Je me dis qu’on n’a pas tout fait pour éviter ça. Et ça laisse pas mal de regrets. Le groupe a lâché Genesio ? Pour moi, c’est quelque chose de totalement inconcevable. Quand on est joueur professionnel, on ne peut pas se permettre ça. Et en plus, je ne suis pas sûr que ce soit un moyen de retrouver des résultats positifs. Simplement, comme c’est actuellement le cas pour nous, quand rien ne va, c’est très dur de se raccrocher à quelque chose. L’OL est un club qui a toujours énormément compté sur ses supporters. Il faut qu’ils poussent derrière nous pour qu’on redevienne le rouleau compresseur que l’on était. On est les premiers à être impactés par cette situation et on s’en sortira aussi grâce à leur appui », demande, dans Le Progrès, le gardien de Lyon, qui espère être entendu dès vendredi lors du prochain match de l'OL au Groupama Stadium face à Angers.