OL : Juninho part, il tire le signal d'alarme

OL : Juninho part, il tire le signal d'alarme

Icon Sport

Juninho va quitter son poste de directeur sportif de l'Olympique Lyonnais d'ici deux semaines, mais l'OL va vite devoir s'adapter à ce changement majeur.

Au marasme sportif traversé par l’équipe de Peter Bosz s’ajoute désormais un vrai souci de gouvernance, Juninho étant revenu à l’Olympique Lyonnais pour occuper une fonction de « super » directeur sportif censé permettre à Jean-Michel Aulas de prendre un peu de recul. Avec le départ désormais officiel du dirigeant brésilien, qui fera ses valises pendant la trêve hivernale, l’OL doit réinventer une hiérarchie, même si Vincent Ponsot semble être désormais l’homme fort du club de la capitale des Gaules. Évoquant cette révolution de palais, Sidney Govou estime que l’heure est venue pour l’Olympique Lyonnais de tout mettre sur la table et de régler une bonne fois pour toutes des problèmes qui plombent les résultats sportifs. Dans Le Progrès, l’ancien attaquant de l’OL ne masque pas son inquiétude si rien ne change profondément dans l’organisation hiérarchique d’un club qu’il apprécie au-dessus de tout. Même s’il ne pense pas Lyon se crashera, Govou s’inquiète.

L'OL doit faire attention à l'après-Juninho

Car l’ancien joueur lyonnais estime que faute d’une vraie remise en cause, l’OL peut dévisser et que le danger pourrait arriver plus vite que les dirigeants le pensent. « Le club est certainement à un tournant, au-delà de la saison en cours. Il y a quelque chose qui a été cassé, qui doit donc se reconstruire, mais ça met du temps. Cette cassure débute pour moi avec le non-renouvellement du contrat de Bruno Génésio. Il a marqué le début d’un tâtonnement chez les décideurs (...) Le président a voulu prendre du recul, il en a le droit, mais il a délégué à des personnes qui avaient des intérêts différents. Or, il faut toujours un objectif commun. À l’OL, je le trouve diffus depuis un certain temps. Celui qui en paye les pots cassés aujourd’hui, c’est clairement Juninho. La situation n’est pas critique aujourd’hui, mais elle demande une réflexion pour rebondir (...) Certains se sont vus trop beaux. La remise en question doit être globale », prévient, dans les colonnes du quotidien lyonnais, Sidney Govou. Aux dernières nouvelles, le départ de Juninho ne devrait pas être compensé, mais Jean-Michel Aulas étant très discret ces derniers temps, on ne sait pas ce que le président de Lyon prépare.