OL : Houssem Aouar dézingué, il est au plus bas

OL : Houssem Aouar dézingué, il est au plus bas

Icon Sport

Le niveau d'Houssem Aouar interpelle à l'OL, où son mauvais match contre Troyes lui a valu quelques avis tranchés dans la presse. 

L'OL se devait de confirmer son embellie dans le jeu de ces dernières semaines, ce mercredi face à Troyes. Sur le plan comptable, cela a été une réussite avec un succès 3-1 qui replace les Lyonnais dans la bonne partie de tableau. Mais sur le terrain, ce fut beaucoup plus compliqué, puisque l’OL était encore mené à la pause, et il a fallu des buts très difficiles à mettre de Shaqiri et Emerson pour inverser la tendance. Si les recrues ont encore une fois brillé, preuve que Juninho a réussi à trouver les perles rares, les joueurs du cru ont plus de mal. Maxence Caqueret peine à retrouver sa dynamique de la saison passée, et Houssem Aouar est méconnaissable.

3 sur 10, la note est salée

Le milieu de terrain rate tout sur le plan offensif, et ne semble pas parvenir à redresser la barre, malgré le brassard donné par Peter Bosz. Au lendemain du match, le numéro 8 de l’OL prend cher. L’Equipe lui confie même la note de 3/10, chose rare pour un joueur dans une formation qui s’est imposée. « Le capitaine du soir a réalisé une première période catastrophique,; perdant deux face-à-face avec Gallon. Trop court sur un centre de Shaqiri, il se désintéresse de l’effort de replacement sur le but troyen », a expliqué le quotidien sportif dans son analyse de la rencontre, où Aouar est rangé dans la catégorie « flop ». 

Même constat dans Le Progrès, où la performance de l’international français lui vaut un 4/10, principalement en raison de son manque de réalisme offensif. Forcément, sa performance pose question à l’heure où Peter Bosz est en train de trouver son rythme, mais bricole encore offensivement en l’absence de Moussa Dembélé. En tout cas, chez les supporters lyonnais, le fait de voir que Houssem Aouar ne marque pas un seul but ce mercredi malgré trois occasions nettes, inspirait à la fois de la moquerie, mais aussi des regrets de ne pas retrouver le milieu de terrain dominateur et efficace des années précédentes.