OL : Grenier furieux de passer pour un fêtard à Lyon

OL : Grenier furieux de passer pour un fêtard à Lyon

Photo Icon Sport

C'est une image qui lui colle à la peau et Clément Grenier s'en offusque. Le milieu de terrain de l'OL a en effet la réputation dans la capitale des Gaules d'être un sérieux fêtard et de ne pas toujours avoir une hygiène de vie digne d'un footballeur professionnel de haut niveau. Dans les colonnes de France-Football, Clément Grenier tient à répondre à ceux qui colportent ces histoires, estimant que l'on confondait un peu tout le concernant.

« On me pardonnera toujours un peu moins qu’à d’autres. J’ai moins le droit à l’erreur. En tout cas, c’est ce que je ressens (…) Avec mon staphylocoque, pendant quinze jours, je n’ai plus senti mes membres inférieurs, ç’a été terrible. Ensuite, on m’a dit que, pendant un certain temps, je ne pouvais plus faire la moindre activité physique, à peine marcher. Du coup, j’en ai profité pour prendre du temps avec mes proches et évacuer toute cette frustration. Les gens auraient préféré quoi? Que j’entre en dépression pour être bien sûr que je souffre de cette situation? Si ça devait se reproduire, je le referais, mais différemment. J’embarquerais amis et famille et j’irais à l’autre bout du monde, histoire qu’on me fiche la paix. Je suis peut-être trop franc (…) Et, à l’arrivée, je me retrouve avec une étiquette de joueur qui n’est pas sérieux, alors que c’est archi faux. Je ne suis pas allé en équipe de France en claquant des doigts, je ne me suis pas imposé dans l’un des meilleurs clubs français en claquant des doigts, j’ai travaillé, et je travaille encore très dur pour ça. J’ai besoin de travailler, moi. Mais ça, c’est beaucoup moins vendeur que de dire que Grenier a été vu dans tel restaurant avec un verre de vin, qu’il est allé en boîte de nuit (…) Quelle est ma faute? J’ai juste profité de ma vie à un moment très précis où je ne pouvais plus profiter de mon métier. Oui, j’ai fait des choses qui ne sont pas forcément compatibles avec la pratique de mon métier, mais à un moment où je ne pouvais plus l’exercer. Aujourd’hui que je peux à nouveau l’exercer, je ne fais plus tout ça. Donc, où est le problème ? », s’interroge Clément Grenier, qui n’est pas loin de penser qu’il est désormais temps pour lui d’ailleurs voire ailleurs qu’à Lyon, où son image est désormais brouillée. Seul problème pour le milieu de terrain, cette étiquette a souvent bien du mal à se décoller...