OL : Garcia tacticien à l’italienne, Domenech se marre

OL : Garcia tacticien à l’italienne, Domenech se marre

Photo Icon Sport

Presque provocateur, Raymond Domenech a ouvertement critiqué le coach de l’Atalanta Bergame Gian Piero Gasperini après la défaite contre le Paris Saint-Germain (2-1) en Ligue des Champions. De quoi lancer un débat avec la presse italienne, notamment au sujet de Rudi Garcia.

En s’attaquant à Gian Piero Gasperini, Raymond Domenech a vexé la presse italienne. Et notamment le journaliste de La Gazzetta dello Sport Luigi Garlando, certain que l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais Rudi Garcia n’aurait pas sorti Manchester City de la Ligue des Champions sans son passage à la Roma. De quoi amuser l’ancien sélectionneur de l’équipe de France qui estime que le sens tactique du coach français n’a rien à voir avec le foot transalpin.

« Cette déclaration m’a fait rire, a réagi le chroniqueur de La Chaîne L’Equipe. Le journaliste italien est capable de dire que les équipes de Série A étaient fatiguées pour les Coupes d’Europe, et c’est pour cela qu’elles se sont fait éliminer par les clubs français. Mais pas l’Inter Milan, ils n’étaient pas fatigués eux… Et pourtant, ils sont en finale de l’Europa League. Ils ne sont pas Italiens peut-être ? C’est peut-être autre chose. Après, il dit qu’un entraîneur a appris à construire l’organisation défensive en Italie, parce qu’il est passé en Italie, c’est fort… »

Garcia brillait déjà avant la Roma

« Rome, quand ils ont pris Garcia, ce n’était pas pour lui faire une formation d’organisation défensive. C’était parce que les dirigeants pensaient que Garcia avait les qualités pour briller en Serie A. Avant, il était quand même champion de France. Il avait prouvé, avec le doublé avec Lille, a rappelé le consultant. Le gars, il se dit grand reporter, et il dit des bêtises pareilles… C’est une maladresse, c’est de la colère, car il ne sait pas comment réagir parce que le PSG a sorti l’Atalanta et l’OL a éliminé la Juve. Je n’arrive pas à comprendre cette sortie médiatique… » La cote du président de l’UNECATEF, syndicat des coachs français, ne risque pas d’augmenter en Italie.