Arbitrage, médias, Aulas dénonce la « toute-puissance » du PSG

Arbitrage, médias, Aulas dénonce la « toute-puissance » du PSG

Photo Icon Sport

Pour le coup, l’expression sied parfaitement à la situation. La défaite de Lyon à Paris ce mercredi a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Jean-Michel Aulas.

Le président lyonnais était déjà en train de bouillir en repensant au fameux pénalty à retirer de Zlatan Ibrahimovic lors du match de championnat de la saison passée, sans oublier de mentionner le but d’Adrien Rabiot lors du match de Coupe de la Ligue alors que le ballon était assez nettement sorti de l’aire de jeu. Mais en voyant le PSG inscrire deux nouveaux buts hors-jeu (un flagrant, et un impossible à déceler en temps réel), le dirigeant rhodanien n’a pas pu tenir, et a quitté la tribune du Parc des Princes avant la fin, pour mieux s’expliquer avec l’arbitre. Ce vendredi en marge d’une conférence de presse, JMA s’en est expliqué. 

« L’Olympique lyonnais, jusqu’à la 65e minute a fait honneur, a mis en difficulté cette équipe de Paris, qui est très supérieur à Lyon. Le ballon sort, il est quand même dedans, deux buts hors-jeu sur trois et on continue d’acclamer sans que personne n’en parle. L’année dernière le titre s’est joué à Lyon contre Paris et M. Turpin avait eu la bonne idée de refaire tirer un pénalty à Ibrahimovic, que Anthony Lopes avait arrêté. La victoire de Lyon qui aurait permis d’avoir 5 points d’avance s’était transformé en match nul. En France, quand on essaye de s’opposer à la toute puissance, on se fait traiter de mauvais joueur. J’ai dit à M. Turpin à la fin de la rencontre mercredi que j’avais envie de pleurer. On fait le maximum pour arriver à délivrer une bonne qualité de jeu et le mauvais sort s’acharne sur nous et personne n’en parle », a confié, sur Olympique et Lyonnais, le président lyonnais, qui a depuis quelques jours multiplié les allusions sur les réseaux sociaux sur le fait que les médias avaient été achetés par les Qataris, puisqu’ils ne parlaient pas assez, selon lui, des injustices arbitrales favorables au PSG.