Metz-OL : Le syndicat des joueurs se met en pétard

Metz-OL : Le syndicat des joueurs se met en pétard

Photo Icon Sport

Au lendemain des incidents intervenus samedi soir à Metz et qui ont visé Anthony Lopes, l'Union Nationale des Footballeurs Professionnels a fait part de sa colère. Pour le syndicat des joueurs, il est urgent que les autorités tapent du poing sur la table et prennent de lourdes sanctions avant qu'un drame se produise sur un terrain de football.

« Il y avait eu Lucas, au premier jour, il y avait eu Jean-Louis Leca, il y a moins d’une semaine, il y a désormais Anthony Lopes, frappé par la même violence aveugle, venue des tribunes, au même titre qu’un membre du staff médical de l’OL. Alors, nous allons tous dénoncer la lâcheté et la bêtise ; nous allons tous nous accorder pour dire que le club de Metz n’est pas responsable, comme ne l’étaient pas ceux de Bastia et de Nice, hier ; nous allons tous refuser les amalgames pour ne retenir que l’acte isolé d’un imbécile, même pas heureux d’être dans un stade ; nous nous félicitons tous déjà qu’il soit identifié, et nous serons, un jour prochain, contents d’apprendre qu’il ne viendra plus se mêler aux vrais supporters, aux vrais amoureux du football, qu’il ne nuira plus à l’image de notre sport et à l’intégrité physique des joueurs…

Mais après ? Mais demain ? Qu’en sera-t-il lorsque le soufflet de l’indignation sera retombé, que la course folle aura repris ses droits, parce que le spectacle doit continuer ? Qui s’abstiendra des déclarations tellement partisanes, qu’elles retentissent, chez les plus faibles, comme autant de déclarations de guerre, jetées en pâture pour faire le buzz, avant ou après ce qui n’est qu’un match, ce qui n’est qu’un jeu, même devenu professionnel ?

Avec la même force qui nous unie aujourd’hui, nous devons tous combattre le mal, éduquer, convaincre, dissuader au-delà des portiques, des fouilles systématiques ou de la multiplication des stewards. L’UNFP s’y engage, comme elle s’y est toujours engagée dès qu’il s’agit de protéger les joueurs et le jeu. Mais l’UNFP, seule, n’y parviendra pas, au même titre que la LFP ou que les clubs. Sachons donc utiliser l’élan aujourd’hui unanime pour avancer, pour repenser, pour reconstruire, pour aller, une bonne fois pour toutes, faire bouger les lignes, changer l’approche et le regard porté sur le football, avant qu’il ne soit trop tard, avant que les mauvais scénarios d’anticipation, qui nous promettent un sport déshumanisé et violent, nous renvoient aux jeux du cirque… », écrit l’UNFP dans un communiqué.