Ravanelli persiste et signe, y'avait péno !

Ravanelli persiste et signe, y'avait péno !

Photo Icon Sport

C’est l’un des grands moments dans l’histoire des clasicos. Enfin, ça dépend pour qui… Hasard du calendrier, l’Olympique de Marseille était venu s’imposer au Parc des Princes un 9 novembre 1997 (soit 17 ans jour pour jour avant le choc de dimanche) grâce à un penalty, ou plutôt ce qui est assez unanimement reconnu comme une simulation de Fabrizio Ravanelli qui avait permis à un certain Laurent Blanc de donner la victoire aux Marseillais. D’un côté comme de l’autre, personne n’a oublié cet épisode, ce qui commence à agacer l’Italien.

« Ces matchs étaient toujours des moments fantastiques. Au Parc, je me souviens surtout des sifflets, quand on allait voir la pelouse avant le match. Un bruit incroyable. J'en ai gagné deux sur trois, et tout le monde se souvient surtout de ce penalty, a regretté l’ancien entraîneur de l’AC Ajaccio dans L’Equipe. Sur ce match, on a mérité de gagner. Et moi, je n'ai pas simulé, parce qu'il (Eric Rabésandratana) me touche la jambe. Pour moi, bien sûr qu'il y avait penalty. Je n'ai jamais été un tricheur, de toute ma carrière. Ce penalty, on m'en parle sans cesse, encore aujourd'hui, et j'en ai un peu marre ! » Une réputation difficile à supporter, même 17 ans plus tard.