OM : McCourt prêt à virer Eyraud ? Un détail trouble Marseille

OM : McCourt prêt à virer Eyraud ? Un détail trouble Marseille

Photo Icon Sport

Depuis vendredi soir, l'Olympique de Marseille a très probablement dit adieu à son espoir de jouer une coupe d'Europe la saison prochaine, le nul à Strasbourg scellant le destin de la formation de Rudi Garcia. Et c'est une évidence, ce fiasco, car c'est un fiasco, ne restera pas sans réaction de la part de Frank McCourt, qui ne s'attendait probablement pas à cela il y a encore une semaine avant d'assister à la défaite contre Nantes au Vélodrome. Et, ce dimanche, La Provence affirme que le milliardaire américain a très clairement changé sa stratégie ces derniers temps. Alors qu'avant Jacques-Henri Eyraud était le seul à parler de l'OM avec Frank McCourt, ce dernier consulte maintenant plusieurs chefs d'entreprise afin d'avoir leur opinion sur le fonctionnement du club phocéen, sans que le président de l'Olympique de Marseille en soit informé.

« Même si le football n’appartient pas à son univers, il n’est pas dupe. Il demeure conscient que quelque chose ne tourne pas rond (...) Ce n’est sans doute pas un hasard si, selon nos informations, l’Américain demande depuis quelque temps à rencontrer des personnalités du monde de l’entreprise (dont les identités n’ont pas filtré) pour connaître leur sentiment sur la situation de l’OM. Cette démarche ne signifie pas pour autant qu’il va trancher dans le vif prochainement. Mais il écoute, s’ouvre à d’autres analyses (...) « Il veut vraiment gagner et croit dur comme fer à son David contre Goliath, ce n’est pas de la communication, insiste son entourage. Mais il est pragmatique et changera si les résultats ne sont pas au rendez-vous. » Cette fin de saison et l’échec qui s’annonce pourraient lui en donner l’occasion. Histoire de donner un second souffle à son Champions project », constate le quotidien régional, qui rappelle qu'il y a désormais une vraie rupture entre les supporters de l'Olympique de Marseille, lassés de ses analyses 2.0, et Jacques-Henri Eyraud.