OM : Insultes contre Labrune, menaces, d'incroyable écoutes dévoilées !

OM : Insultes contre Labrune, menaces, d'incroyable écoutes dévoilées !

Photo Icon Sport

La redoutable journée de mardi s'est finie sur les chapeaux de roues à Marseille, puisque le Canard Enchainé dévoile la teneur d’écoutes téléphoniques qui témoignent de l’ambiance qui a régné dans les coulisses de l’OM ces dernières saisons.

C’est cette fois-ci pour une affaire de vaste extorsion de fonds autour de l'OM que des écoutes téléphoniques ont été lancées par des juges marseillais. Et quelques extraits ont été dévoilés par le Canard Enchainé, toujours bien informé sur ce genre de sujets. De quoi confirmer la thèse d’un système permettant de mettre la pression sur les joueurs pour obtenir de l’argent, comme l’explique par exemple Jean-Pierre Bernes à Florian Maurice, dont il a été l’agent et qui lui rappelle qu’il y a certaines personnes avec qui il ne faut pas être vu.

« Ils te menacent. Ils te le font à l’envers. Ils te le font dans tous les sens. Et toi, tu sais plus où tu es. Toi, tu as peur. Tu vois, Gignac. C’était son dernier match à Toulouse. Il rentre chez lui à minuit. Il reçoit un appel de Barresi (agent de joueurs condamné pour extorsion de fonds) et de Karim Aklil (un autre agent). Ils lui donnent rendez-vous à l’aéroport. Il était minuit et ils lui ont dit : "Tu vas venir à Marseille et du dis à ton agent de dégager vite." », explique par exemple l’ancien dirigeant de l’OM, pour qui la mauvaise ambiance ne se résume pas à ces problèmes mêlant les agents et le milieu marseillais.

La preuve avec ces écoutes assez surréalistes, où Bernard Tapie livre le fond de sa pensée sur Vincent Labrune dans des discussions téléphoniques. « C’est un enculé, c’est un petit pédé, c’est rien du tout ! Une truffe intégrale », a fait savoir l’ancien président de l’OM, pourtant bien plus élogieux en public sur Vincent Labrune. Ce dernier en prend également pour son grade avec Didier Deschamps, très remonté après un article de presse qu’il juge téléguidé par Labrune : « C’est une enculerie, j’ai envoyé un scud à Vincent, je t’explique pas (au sujet d'un article écrit sur lui). Il n’a pas réagi, mais il joue au fils de pute, hein. Je te le dis, c’est lui qui a fait l’article, hein ! Pour sauver sa petite tronche, il me fout sur la gueule ». Des règlements de compte à tous les niveaux et qui datent un peu, mais il est clair que ni Vincent Labrune, ni Didier Deschamps qui fait aussi la Une de l’actualité pour son salaire marseillais étudié de près par les juges, et encore l’OM, n’avaient besoin de cela en ce moment.