OM : La Provence n'est pas fière de l'OM et le dit sans pitié

OM : La Provence n'est pas fière de l'OM et le dit sans pitié

Photo Icon Sport

L’OM avait besoin d’un point pour se qualifier ce jeudi face à Salzbourg, et le club phocéen l’a obtenu après un 0-0 contre les Autrichiens.

Dans un match pas si fermé que cela, c’est l’efficacité offensive qui a pêché une fois de plus. Forcément, en dehors de la qualification, la prestation d’ensemble dans cette Europa League où Rudi Garcia n’a pourtant pas fait tant tourner que cela, a de quoi inquiéter pour la suite de l’épreuve. Et si les joueurs préféraient retenir le résultat final et la poursuite de l’aventure, le quotidien La Provence, dans un article intitulé « Pas de quoi être fier », a sorti la hache pour évoquer le jeu produit par l’Olympique de Marseille. Aux abris, ça va piquer.

« Ce n’est pas le piteux spectacle proposé cette saison par l’équipe de Rudi Garcia en Ligue Europa qui va permettre aux défenseurs de la cause olympienne de bomber le torse. Même les plus indulgents des fidèles auront en effet de quoi redire. Aux purges des cinq premières journées a succédé un sixième match au moins aussi mauvais. Soporifique, ennuyeuse, léthargique : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la prestation de Luiz Gustavo et de ses camarades hier soir dans un Orange Vélodrome aux deux tiers vide.  

L’Europe fait pourtant partie de l’ADN de l’Olympique de Marseille. Le hic, c’est que ceux qui portent le maillot de l’institution phocéenne n’ont pas l’air de l’avoir franchement compris. D’autant qu’il est impossible de penser qu’ils ont craqué sous la pression: le cumul des affluences des trois matches de poules à domicile (soit un total d’à peine… 45873 spectateurs !) n’est même pas égal à la capacité totale du stade (67 394) », a balancé le journal régional, qui précise par la suite qu’il ne voit pas comment l’OM pourrait aller loin dans cette compétition avec de telles prestations. Des joueurs aux supporters abonnés absents, cette phase de poule d’Europa League est à oublier.